Download
slide1 n.
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
Florence LOT, Christine LARSEN, Betty BASSELIER, Anne LAPORTE PowerPoint Presentation
Download Presentation
Florence LOT, Christine LARSEN, Betty BASSELIER, Anne LAPORTE

Florence LOT, Christine LARSEN, Betty BASSELIER, Anne LAPORTE

133 Vues Download Presentation
Télécharger la présentation

Florence LOT, Christine LARSEN, Betty BASSELIER, Anne LAPORTE

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript

  1. Prophylaxie post-expositionProfil des consultants et pratiques de prescription Juillet 1999 - Juin 2001 Florence LOT, Christine LARSEN, Betty BASSELIER, Anne LAPORTE INSTITUT DE VEILLE SANITAIRE

  2. Objectifs et méthode • Objectifs • description épidémiologique des consultants/expositions • analyse des pratiques de prescriptions de prophylaxie • description des effets secondaires • évaluation du suivi sérologique et de l’efficience de la prophylaxie • Méthode • tout type d’exposition • récente • au contact d’une source VIH+ ou de statut sérologique inconnu • prophylaxie prescrite ou non • dans une centaine d’hôpitaux volontaires InVS- novembre 2001

  3. Résultats • 6 902 expositions déclarées entre juillet 1999 et juin 2001 • Types d’exposition : 2 922 (42,3%) chez le personnel de santé 2 962 (42,9%) sexuelles 988 (14,3%) autres(piqûre par seringue abandonnée, contact sanguin ou morsures lors de bagarres,…) 30 (0,4%) par partage de matériel d’injection chez des usagers de drogues IV InVS- novembre 2001

  4. Profils des consultantsExpositions sexuelles N=2 962 • Délai médian de consultation après l’exposition : 17h [0;203] • 61% d’hommes • Age médian de 29 ans [7;79] • 35% de rapports homosexuels et 65% de rapports hétérosexuels • 22% de viols • 48% de non utilisation du préservatif lors de rapports avec un partenaire occasionnel • Importance de l’exposition sévère 52% intermédiaire 38% minime 10% • Statut sérologique de la source VIH+ 24% VIH? 75% VIH- 1% InVS- novembre 2001

  5. Profils des consultants Expositions « autres » N= 988 • Délai médian de consultation après l’exposition : 4h [0;193] • 72% d’hommes • Age médian de 32 ans [2;74] • 50% d’expositions professionnelles (policiers, femmes de ménage, éboueurs,…) • Importance de l’exposition sévère 1% intermédiaire 10% minime 89% • Statut sérologique de la source VIH+ 12% VIH? 87% VIH- 1% InVS- novembre 2001

  6. Prescription d’une prophylaxie 3 824 prophylaxies prescrites / 6 902 expositions  taux de prescription de 55% • 27 / 30 après partage de matériel d’injection 90% • 2 430 / 2 962 après exposition sexuelle 82% • 455 / 988 après une exposition autre 46% • 912 / 2 922 chez le personnel de santé 31% InVS- novembre 2001

  7. Pourcentage de personnes traitées en fonction du type et de l'importance de l'exposition et du statut VIH de la source InVS- novembre 2001

  8. Type de prophylaxie prescrite InVS- novembre 2001

  9. Suivi clinique et sérologique • Suivi clinique en fin de traitement disponible pour 1 576 / 3 824 (41%) des personnes mises sous prophylaxie Effets secondaires : - symptômes d’intolérance : 1 096 / 1 576 (70%) (digestifs, généraux, éruptions cutanées, coliques néphrétiques) - anomalies biologiques : 144 / 1 576 (9%) - ayant motivé l’arrêt prématuré du traitement :135 / 1 576 (9%) • Suivi sérologique (à 3 ou 6 mois) disponible pour 1 397 / 6 902 (20%) des personnes exposées 2 séroconversions tardives InVS- novembre 2001

  10. Conclusion (1) Profil des consultants • Expositions sexuelles : • prises de risque dans la moitié des cas • délai entre exposition et consultation trop long pour efficacité maximale de la prophylaxie • Expositions autres : • expositions professionnelles dans la moitié des cas • risque minime de transmission du VIH • Partage de matériel d’injection : fréquentation quasi nulle du dispositif par les UDIV InVS- novembre 2001

  11. Conclusion (2)Pratiques de prescription • Prophylaxie prescrite largement lors d’expositions minimes au contact d’une source VIH inconnu, notamment lors d’expositions sexuelles ou d’expositions « autres » • Effets secondaires très fréquents, parfois sévères • Révision des recommandations nécessaire groupe de travail sous l’égide de l ’AFSSAPS InVS- novembre 2001 InVS- novembre 2001