Intimité et sexualité après un cancer du sein non métastatique - PowerPoint PPT Presentation

slide1 n.
Download
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
Intimité et sexualité après un cancer du sein non métastatique PowerPoint Presentation
Download Presentation
Intimité et sexualité après un cancer du sein non métastatique

play fullscreen
1 / 17
Intimité et sexualité après un cancer du sein non métastatique
105 Views
Download Presentation
lita
Download Presentation

Intimité et sexualité après un cancer du sein non métastatique

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript

  1. Intimité et sexualité après un cancer du sein non métastatique Etude transversale sur un échantillon de femmes à 6 mois jusqu’à 5 ans de la fin des traitements Brédart 1, 5, S. Dolbeault 1, 6, 7, A. Savignoni 2, C. Besancenet 1, P. This 3, A. Giami 8, S. Michaels 9, C. Flahault 1, M-C. Falcou 2, B. Asselain 2, L. Copel41Psycho-Oncology Unit, Supportive Care Department Institut Curie; 2Biostatistics Department, 3Genetic Department, 4 Palliative Care Unit, Supportive Care Department, Institut Curie; 5Université Paris Descartes; 6 Inserm, U 669; 7 Univ Paris-Sud and Univ Paris Descartes, UMR-S0669; 8 Inserm, U 569, Paris; 9Center for Gender Studies, University of Chicago.

  2. Rationnel de l’étude • Impact du cancer du cancer du sein sur la qualité de vie • Qualité de vie globale, détresse psychologique: résultats hétérogènes • Problèmes persistants : peur de la récidive, douleurs, gênes physiques, fatigue, en particulier troubles sexuels • Communication difficile concernant les difficultés sexuelles lors de la consultation médicale • Qui doit en parler? • Embarras/tabou? • Quelles ressources proposer?  Mécénat Simone Pérèle / Institut Curie : mise en place d’une étude visant àévaluer les difficultés sexuelles rencontrées par les femmes traitées pour un cancer du sein non métastatique à l’Institut Curie

  3. Objectifs Objectif principal -Déterminer la prévalence des troubles sexuels chez les femmes en surveillance à l’Institut Curie après les traitements d’un cancer du sein non métastatique Objectifs secondaires • Comparer le fonctionnement sexuel des femmes en surveillance à l’Institut Curie avec celui de femmes issues de la population générale • Analyser les facteurs (socio-démographiques, cliniques, relationnels et profil de qualité de vie) associés aux troubles ou à la satisfaction sexuelle

  4. Méthodologie Sélection au hasard d’une série de femmes ayant bénéficié d’une consultation de surveillance à l’Institut Curie durant la période de 2002 à 2005 (soit 6522 patientes). Critères d’inclusion – Femmes majeures (de 18 à 70 ans) suivie à l’Institut Curie – Premier cancer du sein non métastatique – Fin des traitements (hors hormonothérapie) supérieure à 6 mois et inférieure à 5 ans – Absence de pathologie psychiatrique avérée (psychose, maniaco-dépression, démence) dans le dossier médical – Aptitude à donner un consentement éclairé – Capacité à comprendre la langue française et à remplir des questionnaires

  5. Données collectées Données sociodémographiques Données cliniques (date du diagnostic, type de traitements, etc.) EORTC QLQ-C30 et BR-23 BIS R&S, SAQ et ACSF Caractéristiques de l’échantillon Qualité de vie Image du corps Sexualité

  6. Résultats Participation Parmi les 850 femmes sélectionnées au hasard et répondant aux critères d’inclusion, 453 (53 %) ont accepté de participer à l’étude, et 378 (83 %) ont renvoyé les questionnaires complétés. Figure 1 : Pourcentage de patientes selon les motifs de refus (N=270)

  7. Comparaison répondantes/non répondantes et refus initial • Taux de réponse plus élevé chez: • Les femmes plus jeunes • Dont la date du diagnostic ou de la fin des traitements étaient plus proches du moment de l’enquête • Non ménopausées (au diagnostic) • Traitement par mastectomie ou chimiothérapie (tendance non significative) • Taux de réponse similaire qu’il y ait eu ou non: • Cancer du sein bilatéral • Traitement conservateur • Curage axillaire • Radiothérapie, hormonothérapie ou reconstruction mammaire

  8. Description de l’échantillonN=378 • Age moyen (e.t.) 53 (8) ans • Statut marital (mariée/cohab.) 76% • Traitement conservateur 71% • Reconstruction du sein 14% • Chimiothérapie 46% • Traitement hormonal 61% • Ménopausée lors du diagnostic 48% • EORTC qualité de vie 71(±18) • Echelle d’image du corps 7.2 (±7)

  9. Analyse descriptive

  10. Résultats principaux • 26% des femmes interrogées sont insatisfaites de l’image de leur corps • 62% ressent un manque de désir sexuel • La capacité à avoir un orgasme a diminué pour 43% • Distance émotionnelle instaurée dans le couple due au cancer/traitement : 20% • 65% manquent d’information sur les répercussions du cancer/traitement sur la sexualité

  11. Pourcentage de réponses aux items du CSF pour les femmes après traitement d’un cancer du sein et les femmes de la population générale française, données ajustées sur l’âge et le niveau d’éducation

  12. Analyses multivariées

  13. Age (≤50,50-55,>55) Statut marital (couple ou pas) Nouveau partenaire < 6 mois Ménopause au diagnostic Co-morbidité psychiatrique Co-morbidité somatique Délai depuis diag. cancer sein (≤/> 36 mois) Tumorectomie Chimiothérapie Hormonothérapie (en cours ou interrompue depuis < 3 mois) Type d’HT Qualité de vie Fonct. physique, rôle, émotionnel, cognitif, social Fatigue, nausées, douleurs, insomnie Bouffées de chaleur, mal de tête, douleurs sein, bras Globale Image du corps Perception partenaire/relation de couple Perception éloignement/rapprochement émotionnel Satisfaction p/r manifestations d’affection Perception que le partenaire a peur des rapports sexuels Prédicteurs étudiés

  14. Prédicteurs significatifs en analyse multivariée Ensemble de l’échantillon (N=378)Odds Ratio [CI] • Partenaire craignant les rapports sexuels 0.2 [0.1-0.5] • Être devenu émotionnellement distant dans le couple 0.4 [0.2-0.9] • Être devenu émotionnellement distant dans le couple 0.2 [0.1-0.5] • Fonctionnement émotionnel • Score > 75 2.1 [1.1-4.2] { • Avoir une activité sexuelle • Fréquence de l’activité sexuelle similaire ou accrue { • Age > 50 • Having got emotionally distant with partner • Presence of nausea, insomnia, • treatment side effects • Age > 50 • Having got emotionally distant with partner • Presence of nausea, insomnia, • treatment side effects • Age > 50 • Having got emotionally distant with partner • Presence of nausea, insomnia, • treatment side effects

  15. Prédicteurs significatifs en analyse multivariée Femmes rapportant avoir une activité sexuelle (N=268)Odds Ratio [CI] • Partenaire craignant les rapports sexuels 13.5 [4.5-40.5] • Capacité à accomplir ses rôles (facteur protecteur) • Score > 85 0.4 [0.2; 0.8] • Age • 50-55 3.9 [1.8-8.5] • > 55 4.7 [2.4-9.3] • Etre devenu émotionnellement distant dans le couple 3.6 [1.4-9.5] • Présence de nausée 2.6 [1.0-6.5], insomnie 2.4 [1.3-4.3] { • Moindre intérêt/plaisir sexuel (n=268) • Gène sexuelle (douleurs, sécheresse vaginale) (n=268) { • Age > 50 • Having got emotionally distant with partner • Presence of nausea, insomnia, • treatment side effects • Age > 50 • Having got emotionally distant with partner • Presence of nausea, insomnia, • treatment side effects • Age > 50 • Having got emotionally distant with partner • Presence of nausea, insomnia, • treatment side effects

  16. Prédicteurs significatifs en analyse multivariée Ensemble de l’échantillon (N=378)Odds Ratio [CI] { • ≥ 1 maladie(s) somatique concomitante(s) 2.1 [1.1-4.0] • Troubles de l’image du corps • Score ≥ 10 2.2 [1.0-4.9] • Partenaire craignant les rapports sexuels 16.3 [6.6-39.9] • Fonctionnement émotionnel • Score > 75 0.5 [0.3-1.0] Moindre satisfaction sexuelle

  17. Conclusions • Un nombre significatif présentent des difficultés sexuelles • La plupart perçoivent une information insuffisante de la part des cliniciens sur l’impact du cancer et de ses traitements sur la sexualité > nécessité de prêter attention au besoin des patientes de communication au sujet des troubles sexuels liés au cancer • Les troubles sexuels sont principalement liés à l’état psychologique et la perception de la relation de couple • L’âge et les symptômes physiques joue un rôle par rapport à la gène sexuelle • La présence d’une maladie concomitante plus que les facteurs liés au cancer apparaît associée aux troubles ou à la satisfaction sexuelle