ARTERITE OU ARTERIOPATHIE CHRONIQUE OBLITERANTE - PowerPoint PPT Presentation

arterite ou arteriopathie chronique obliterante n.
Download
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
ARTERITE OU ARTERIOPATHIE CHRONIQUE OBLITERANTE PowerPoint Presentation
Download Presentation
ARTERITE OU ARTERIOPATHIE CHRONIQUE OBLITERANTE

play fullscreen
1 / 20
Download Presentation
ARTERITE OU ARTERIOPATHIE CHRONIQUE OBLITERANTE
910 Views
arlo
Download Presentation

ARTERITE OU ARTERIOPATHIE CHRONIQUE OBLITERANTE

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript

  1. ARTERITE OU ARTERIOPATHIE CHRONIQUE OBLITERANTE

  2. PLAN • Définition et classification • Facteurs de risque • Les différentes amputations, les techniques endovasculaires • Les soins infirmiers pré et post opératoire • Chirurgie carotidienne • Le membre fantôme • Diagnostic infirmier

  3. 1.Définition • Sténose et occlusion artérielle responsable d’une ischémie d’aval dont la cause essentielle est l’athérosclérose. • L’athérosclérose est caractérisée par la formation d’une plaque d’athérome à l’intérieur de l’artère

  4. Classification • Classification de Leriche et Fontaine: • Stade 1 : pas de symptôme • Stade 2 : claudication intermittente et diminution du périmètre de marche • Stade 3 : existence de douleurs de décubitus • Stade 4 : présence de troubles trophiques

  5. Artériosclérose = vieillissement naturel des artères • Athérosclérose = maladie caractérisée par la formation de dépôts lipidiques et de sels calciques sur la paroi interne des artères ce qui entraîne un épaississement et un durcissement autour de ces dépôts qui va progressivement obstruer la lumière de l’artère donc diminution du diamètre de l’artère, donc baisse de l’apport en oxygène, donc artériopathie des membres inférieurs

  6. 2. Les facteurs de risques • Tabac • Diabète • Hypercholestérolémie • HTA

  7. 3. Les différentes amputations, les techniques endovasculaires • Les amputations qui permettent l’appui sur le pied: • Amputation d’orteil ou transmétatarsienne • Les amputations qui nécessitent un appareillage • Amputation en jambe (conservation du genou) • Amputation en cuisse

  8. Les 2 techniques d’amputation: • Amputation réalisée en tissu ischémique et dont on ne referme pas la plaie: amputation dite à moignon ouvert. Le seul intérêt est la conservation de l’articulation • Amputation réalisée en tissu sain et on referme la plaie: amputation dite à moignon fermé Intérêt: hospitalisation brève, cicatrisation rapide et appareillage précoce

  9. Les techniques endovasculaires peu invasives réalisées sous radiologie interventionnelle viennent désormais souvent remplacer la chirurgie: • Les ballonnets d’angioplastie • Les stents • Les chirurgiens réalisent également des pontages artériels

  10. 4. Les soins infirmiers pré et post op • Pré- op: • Geste chirurgical sous AG ou rachi- anesthésie • Recherche et traitement des troubles biologiques (diabète) • Bilan respiratoire (EFR, Rx Poumons) • Recherche de troubles vasculaires, ECG, PA, Pouls • Groupage • Consultation anesthésie • Préparation du dossier médical pour le bloc(ne pas oublier les artériographies,doppler)

  11. PREPARATION CUTANEE : • Essentielle pour la prévention des infections,l’aseptie commence par la propreté= savonnage. • Bain quotidien 2 jours avant le bloc. • Savonnage prolongé en insistant sur l’ombilic ,les plis inguinaux ,organes génitaux ,pieds et ongles.

  12. LA VEILLE : • Toilette minutieuse et rasage large des zones opératoires. • LE JOUR J : • A JEUN • Toilette bétadine scrub et préparation du champ opératoire avec bétadine dermique. • Vérification du rasage ,chemise propre, charlotte ,chaussons. • Faire enlever les prothèses dentaires • Vérifier dossier

  13. Retour de bloc : soins post op • ATTENTION car il s’agit souvent de patients fragiles présentant des lésions cardiaques (IDM , angor…)et pulmonaires (BPCO ,insuffisance respiratoire) et rénales (IRC) et cérébrales. • Surveillance cardiaque : • PA, pouls ,scope . • Si douleurs thoraciques= ECG • Si HTA ou hypoTA =appeler le médecin • Surveillance pulmonaire. • Fréquence respiratoire • Si douleur thoracique ,cyanose ,sueur ,anxiété=craindre l’embolie pulmonaire

  14. Surveillance de la fonction rénale : • Surveillance de la diurèse et faire bilan entrées et sorties. • Attention au débit des perfusions • Surveillance THERMIQUE • Réchauffement +++ au retour de bloc (couverture de survie) • Surveillance des drainages • Bien surveiller la quantité des redons • Attention à l’hémorragie • Surveillance des pouls pédieux • Si jambe chaude ,colorée ,pouls présents • Surveillance de la douleur • Application des protocoles

  15. Si patient diabètique • Surveillance des glycémies capillaires et surtout du protocole insuline ,risque de déséquilibre en post op,et donc infection et retard de cicatrisation • Surveillance des pansements et du risque d’ischémie aigue

  16. 5.CHIRURGIE CAROTIDIENNE • Les signes d’alerte : • LES AIT (accident ischémique transitoire) • PREPARATION DU PATIENT • Rasage de la région cervicale • Douche pré opératoire la veille et le matin de l’intervention

  17. APRES L’INTERVENTION • Aphasie ,motricité des membres ,état de conscience • Parfois atteinte du nerf grand hypoglosse entraînant une paralysie de la langue. • Surveillance état neurologique +++++ • On demande au patient de tirer la langue pour repérer une éventuelle déviation. • Possible atteinte du nerf récurrent qui entraîne troubles du langage et dysphonie • Surveillance cardiaque: risque d’hypo ou d’hyper tension

  18. Surveillance de l’hématome cervical: attention le contenu du redon peut être faussement rassurant car le drain risque de se boucher • A l’examen local l’hématome peut provoquer une « boule » dans la région cervicale et une déviation de la pomme d’Adam et de la trachée • ( risque d’asphyxie)

  19. 6. Le membre fantôme • Douleur ++++ • Sensation de posséder le membre absent, perception très douloureuse correspond à la difficulté à intégrer son nouveau schéma corporel • Être vigilant +++ au moment du lever et la nuit, risque de chute • Protocole antidouleur ( neuroleptique + antalgique)

  20. 7. Diagnostic IDE • Douleur liée à l’intervention chirurgicale SMP une verbalisation et les signes cliniques observables • Perturbation de l’image corporelle liée à l’amputation SMP par le déni, le regard dévié…. • Altération de la perception sensorielle liée à l’amputation et/ou au stress psychologique SMP un changement dans l’acuité sensorielle et par la douleur du membre fantôme