Download
esp ces invasives invasive species n.
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
Espèces invasives - Invasive species PowerPoint Presentation
Download Presentation
Espèces invasives - Invasive species

Espèces invasives - Invasive species

170 Vues Download Presentation
Télécharger la présentation

Espèces invasives - Invasive species

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript

  1. Une espèce invasive est une espèce exotique qui devient un agent de perturbation nuisible à la biodiversité autochtone des écosystèmes naturels parmi lesquels elle s’est établie. On parle d'espèce invasive lorsque, usant des moyens de communications de l'homme, une espèce quitte son milieu naturel et est "emmenée" dans un autre milieu où elle n'était pas présente. Il arrive que le milieu "d'accueil" soit propice au développement et à la reproduction de l'individu: il devient alors un nouvel acteur du milieu. Un acteur qui parfois peut prendre plus de place que les acteurs anciennement présents. Qu'elles soient introduites volontairement ou involontairement, les espèces invasives nuisent là où elles se développent. Si elles sont mieux adaptées, c'est une forme d'évolution ou de sélection qui s'opère avec des risques pour la biodiversité. The term invasive species refers to a subset of those species defined as introduced species or non-indigenous species. Many features have been attributed to invasive species and invaded ecosystems, but none are universal and invasive species tend to have a suite of traits rather than all of them. Common invasive species traits include fast growth, rapid reproduction, high dispersal ability, phenotypic plasticity (the ability to alter one’s growth form to suit current conditions), tolerance of a wide range of environmental conditions, ability to live off of a wide range of food types, asexual reproduction (single parent reproduction, especially in plants), and, commonly, association with humans. The single best predictor of invasiveness, however, is whether or not the species has been invasive somewhere else . Espèces invasives - Invasive species

  2. Quelques espèces invasives • Caulerpe Caulerpa taxifolia • Jussie Ludwigia peploïdes et L. grandiflora • Jacinthe d‘eau Eichhornia crassipes • Moule zébrée Dreissena polymorpha • Écrevisse de Louisiane Procambarus clarkii • Grenouille taureau Rana catesbeiana • Tortue de Floride Trachemys scripta elegans • Cormoran Phalacrocorax carbo sinensis • Poisson chat Ictalurus melas • Ragondin Myocastor coypus • Rat musqué Ondatra zibethicus

  3. Caulerpe ou algue tueuseCaulerpa taxifolia • Répartition: d’origine tropicale, la plante a été introduite accidentellement par l’Aquarium de Monaco en 1984. Elle est présente dans le bassin méditerranéen ainsi qu’en Australie et aux USA. • 20 après son introduction, Caulerpa colonise 20000 ha dans au moins 5 pays. • Caractéristiques: feuilles frondes partant d’un stolon rampant fixant la plante dans le substrat. Elle colonise les fonds marins jusqu’à 100 m de profondeur. Elle se reproduit principalement par boutures et est ainsi propagée par les courants les entraînant. • Nuisance: Une fois qu’elle est implantée, aucune plante ne peut la déloger. Elle provoque la raréfaction de la flore et de la faune aquatiques, dont celle des crustacés. • Elle fabrique une toxine: la caulerpényne et n’est pas consommée par les poissons . Caulerpa has spread extensively in the Mediterranean basin, also in Australia and USA (more than 35000 acres). It can grow as much as 3 inches a day, and reproduces asexually so that tiny pieces of the seaweed can grow into whole new plants. Considered as a vegetal pest.

  4. JussieLudwigia peploïdes et L. grandiflora • Répartition: Plante originaire d’Amérique du Sud, la jussie, introduite pour l’aquariophilie, prolifère dans les eaux libres européennes depuis les années 1990. • Caractéristiques: plante amphibie, elle se développe aussi bien sur les berges que sous la surface dans les eaux calmes et peu profondes. Elle se reproduit naturellement par germination mais surtout par bouturage. Elle double sa biomasse en 20 jours. • Elle forme un tapis dense et homogène, empêchant les autres espèces de se développer. • Nuisance: Si la jussie provoque des conséquences néfastes écologiquement, elle gêne également les pêcheurs ainsi que les activités nautiques par sa prolifération. • Contrôle: L’enlèvement de la jussie est coûteux. La destruction chimique par plycophosphates n’est pas recommandée. • Elle n’a pas de prédateurs ou de parasites connus pouvant limiter sa croissance rapide. Water Primrose is a native plant that sometimes causes problems in areas where high nutrient levels occur. Under normal conditions it should not be a problem, however the floating stems can grow 4 to 5 metres in length and become a tangled mass that may get drawn into pump inlets.

  5. Jacinthe d‘eauEichhornia crassipes • Répartition: remarquée par des Hollandais en 1823 dans un jardin de Java où elle aurait été introduite à la demande d’une princesse pour orner des plans d’eau, la jacinthe d’eau est présentée en 1884 aux USA lors d’une exposition agricole. Elle est apparue dans le delta du Nil en 1930, puis en Afrique. Depuis lors elle est devenue cosmopolite. • Caractéristiques: se reproduisant par germination et par bouturage, elle est devenue un véritable surabondante. • Nuisance: Elle encombre les barrages hydroélectriques, bouche les canaux d’irrigation, gêne la navigation fluviale. Elle annihile les milieux subaquatiques en empêchant la lumière d’y pénétrer, asphyxiant les autres plantes, algues et animaux dont les poissons. • Contrôle: une politique d’éradication totale est assistée par la FAO, le PNUD et la Banque Mondiale. La culture et la vente de la plante sont interdites dans de nombreux pays. The water hyacinth is a floating plant. This invasive nuisance is planta non grata in much of the world where it often jams rivers and lakes with thousands of tons of floating plant matter. In water management, the water hyacinth in most places is under "maintenance control ».

  6. Moule zébréeDreissena polymorpha • Répartition: originaire d’Europe, la moule zébrée a été introduite en Amérique du Nord en 1986 dans la région des Grands Lacs, à partir des eaux de ballast d’un navire provenant d’Europe Orientale. Elle est désormais présente dans la plupart des voies navigables interconnectées des USA. • Caractéristiques: petit mollusque bivalve d’eau douce, la moule zébrée se fixe sur toutes surfaces submergées: coques de bateau, tuyaux, rochers, quais et plantes aquatiques. • Nuisance: Elle peut ainsi bloquer les usines de traitement des eaux, les prises d’eau, les réseaux de lutte contre l’incendie et les systèmes d’irrigation agricole. Elle restreint en outre la quantité de nourriture disponible pour les jeunes poissons. Elle est l’hôte intermédiaire du parasite Bucephalus polymorphus, auteur de lourdes épizooties sur les Cyprinidés. • Contrôle: L’enlèvement des moules zébrées est difficile et coûteux. Because zebra mussel distribution is expanding in North America, its affects on industrial and municipal water systems will have an increasing impact. Monitoring the mussel's spread and initiating measures to mitigate and control mussel populations where they already occur are necessary to prevent macrofouling problems. Preventing the establishment of mussel populations in raw water systems is preferable, because subsequent removal can be both difficult and expensive.

  7. Effets pathologiquesMoule zébrée + sandre = Bucéphalose larvaire • La parasitose est due à un trématode digénien, Bucephalus polymorphus,dont le ver adulte se développe dans le sandre. Les hôtes intermédiaires sont la moule zébrée, Dreissena polymorpha, et des poissons cyprinidés. Ces poissons présentent des ulcérations de la bouche, des branchies et des nageoires. L’issue est généralement fatale.

  8. Écrevisse rouge de LouisianeProcambarus clarkii • Répartition: Procambarus clarkii est originaire du sud des USA. On la trouve désormais sur tous les continents où elle a été introduite à des fins commerciales. • Caractéristiques: De couleur sombre, noirâtre et dorsalement, orangé latéralement, variable suivant le milieu et l’âge. Adulte, pèse de 35 à 50 g. La femelle pond 2 fois par an, voire davantage, 200 à 750 oeufs. La production peut atteindre 2 à 3 tonnes/ha/an. • Alimentation: omnivore, elle consomme surtout des végétaux, des têtards, des larves et des insectes ainsi que des petits poissons, voire des proies plus grosses à partir de son trou. • Nuisance: Elle creuse des terriers et galeries de près de 2 m de profondeur, fragilisant ainsi les berges et les digues. Elle entre en compétition avec les écrevisses indigènes et véhicule la peste des écrevisses (Aphanomycose). • Contrôle: aucun projet de limitation autre qu’une réglementation inefficace. Procambarus clarkii is a freshwater crayfish species, native to the southern of the USA, but found also on other continents, where it is often an invasive pest. It is known variously as the red swamp crawfish, red swamp crayfish, Louisiana crawfish or Louisiana crayfish.

  9. Ecrevisse de Louisiane Procambarus clarkiiExpansion en Europe

  10. Ecrevisse de Louisiane Procambarus clarkiiExpansion dans le Monde

  11. Grenouille taureauRana catesbeiana • Répartition: originaire de l’Est des USA, vivant aussi dans l’Ouest, la grenouille-taureau a été introduite en Europe comme curiosité zoologique. • Caractéristiques: adulte, elle mesure jusqu’à 20 cm pour un poids de 1 kg. La maturité sexuelle est atteinte à l’âge de 24 mois. La reproduction a lieu quand la température atteint 21°C. La femelle pond 10 000 à 25 000 oeufs. • Vorace, elle consomme des insectes, des vers, des mollusques terrestres, d’autres amphibiens, ses propres têtards, des serpents, des poissons, des oiseaux, de jeunes tortues. • Nuisance: par sa voracité, la grenouille-taureau perturbe les étangs et les autres zones humides S’introduisant dans les bassins de pisciculture, elle cause de gros dégâts. • Contrôle: par captures intensives. Ses prédateurs les plus efficaces sont les gros poissons carnassiers, les oiseaux, les serpents et les blaireaux. Bullfrogs are predators. They usually eat snakes, worms, insects, crustaceans, frogs, tadpoles, and aquatic eggs of fish. They are cannibalistic eating their own kind. Tadpoles mostly graze on aquatic plants. Bullfrogs occasionally invade fish ponds.

  12. Tortue de FlorideTrachemys scripta elegans • Répartition: absente de Floride, mais présente du Venezuela au nord des USA, la tortue de Floride est considérée comme un animal de compagnie. Porteuse de Salmonella, elle fut interdite de vente sur le territoire américain en 1970 date à partir de laquelle l’exportation toucha l’Asie et l’Europe (1 800 000 tortues importées en France en 1989). • Caractéristiques: de couleur vert-olive, sa carapace et sa peau sont zébrées en jaune; les tempes sont rouges. L’animal peut peser 2 kg. Elle vit dans les étangs et les rivières lentes. • Nuisance: Elle atteint la maturité sexuelle plus rapidement que la tortue cistude indigène; elle pond également davantage d’oeufs et les jeunes sont plus grosses à la naissance; la concurrence est donc en sa faveur. Vorace et agressive, elle cause des déséquilibres dans les milieux aquatiques et entraîne des cas de salmonellose. • Contrôle: destruction systématique. Interdite de vente depuis 1997 (France) Red-eared sliders are found both in fresh and brackish waters including coastal marsh ponds. Red-eared sliders have been reported to carry Salmonella. The sliders were not affected but served as carriers, that infected the young children who purchased them as pets. Red-eared sliders may compete with native turtles for trophic resources and nesting areas. Are also reported detrimental effects of red-eared sliders on aquatic vegetation. Animals reported as prey items in Louisiana include crawfish, small crustaceans, insects, and a small vertebrates.

  13. Grand CormoranPhalacrocorax carbo sinensis • Répartition: Le grand cormoran vit dans l'Atlantique Nord, en Afrique, en Eurasie et en Australasie. Les oiseaux se déplacent en fonction des ressources en nourriture. • Il vit sur les côtes rocheuses ou sablonneuses, dans les estuaires, près des lacs et des grands cours d'eau. Il niche sur les falaises et les îles rocheuses, dans les arbres bordant les rives. • Alimentation: Il se nourrit principalement de poisson et d'invertébrés aquatiques, consommant jusqu’à 750 g. de poisson par jour. • Nuisance: L’oiseau progresse par rayonnement à partir d’axes d’invasion. Dans les pays européens du sud, son apparition est un fait nouveau et insolite entraînant une prédation excédant souvent la capacité de production piscicole des eaux et dévastant les élevages aquacoles. • Contrôle: suivant les pays, principalement par tirs réglementés et saisonniers. The cormoran appears in different ways in different regions, nesting in one region and migrating seasonally to others. Its predation (750 g./fish/day) is variable according to its environment, but increasing on the wild water and the farm breeding ponds.

  14. Que choisir ?

  15. Poisson-chatIctalurus melas • Répartition: originaire d’Amérique du Nord, l’espèce (ainsi qu’Ameiurus nebulosus) a été introduite en Europe entre 1871 et 1885 par curiosité zoologique. La diffusion s’est faite par évasion par les égouts puis, de proche en proche dans les eaux de surface. • Caractéristiques: le poisson chat vit dans les eaux closes, les canaux et les eaux peu courantes. Très résistant, il supporte les eaux pauvres en oxygène, eutrophes, voire polluées; il s’enfouit dans la vase en hiver ainsi qu’en cas de détresse. Il pond en fin de printemps et est très prolifique. Les jeunes se déplacent en nuages puis en bandes. • Nuisance: redoutable prédateur, il dévore les oeufs et les alevins des autres poissons et limite les ressources alimentaires des autres espèces. Dangereux par la présence d’épines pectorales venimeuses. • Contrôle: déclaré nuisible dans plusieurs pays, il est contrôlé par piégeage spécifique, voire détruit systématiquement. Catfish of the genus Ictalurus have been misguidedly introduced in the years 1870 into European waters as zoological « curiosity » and, more recently, in the hope of obtaining a sporting and a food resource. However, the European stock of American catfishes has not achieved the dimensions of these fishes in their native waters, and have only increased the ecological pressure on native European fauna.

  16. RagondinMyocastor coypus • Répartition: rongeur originaire d’Amérique du Sud, le ragondin a été introduit en Europe vers 1880 en vue d’un élevage pour la fourrure. Il s’est évadé dans la nature vers 1930 et s’est répandu depuis lors. • Caractéristiques: l’animal peut peser jusqu’à 12 kg. Oreilles et yeux de petite taille, longues moustaches blanches, incisives rouges. Il se distingue du rat musqué par la section cylindrique de sa queue. Les mamelles sont situées sur le côté du dos • L’animal se nourrit de plantes aquatiques riveraines herbacées ou ligneuses. Adulte à 8 mois, il se reproduit principalement en automne et en hiver par portées de 2 à 9 petits, émancipés à 3 mois. • Nuisance: fouisseur et ravageur, le ragondin fait des dégâts dans les berges, dans les cultures et dans les champs. Vecteur de la leptospirose. • Contrôle: classé nuisible dans certains pays. Il est détruit par tir, piégeage et appâts empoisonnés. A demand for nutria fur developed in the early 19th century and has continued to the present. For this reason, nutria have been introduced almost worldwide. In spite of been intensively trapped, nutria are considered pests in some places because their burrows damage dikes and irrigation facilities. Burrows sometimes penetrate or weaken the river banks. Myocastor coypus may raid rice and other cultivated crops

  17. Rat musquéOndatra zibethicus • Répartition: rongeur originaire d’Amérique du Nord, le rat musqué a été introduit en Europe Centrale en 1905 et élevé pour sa fourrure. Lâché ensuite pour le faucardage des rivières et des étangs, il s’est répandu de proche en proche. • Caractéristiques: plus gros que le rat commun, il se nourrit de branches, de végétaux aquatiques, d’invertébrés aquatiques, parfois de poissons. La queue est fine, comprimée latéralement; les oreilles sont courtes et arrondies; les pieds sont grands, bordés de soies, palmures postérieures rudimentaires; il peut rester 10 minutes sous l’eau. • Il se reproduit de mars à octobre à raison de 2 à 3 portées par an de 6 à 8 jeunes. La gestation est d’une trentaine de jours. • Nuisance: fouisseur, il creuse les berges des rivières et entraîne des effondrements; il réduit les populations de mollusques et d’écrevisses et cause parfois des dégâts dans les cultures. • Contrôle: classé nuisible dans certains pays, il est détruit par tir, piégeage et appâts empoisonnés. Muskrats live in wetlands: ponds, lakes, marshes and river banks, hence the nickname « swamp bunny ». The animals are most active at night. They feed on cattails and other aquatic vegetation, frogs, crayfish. European countries such as Belgium, France and The Netherlands consider the muskrat to be a pest that must be exterminated. Therefore the animal is hunted to keep the population down. It is considered a pest because its burrowing causes damage to dykes and levees.

  18. Homo sapiens • Rappelons qu'une espèce introduite est une espèce invasive quand elle présente un impact écologique mais la notion est d'abord une notion anthropique parce ce sont les impacts économiques ou sociaux sérieux que les humains ont d'abord remarqués. • Les exemples d'espèces invasives ayant provoqué des crises économiques plus ou moins importantes ne manquent pas, toujours par rapport à l’espèce • Homo sapiens, • qui est uneespèce invasive du fait d'une démographie incontrôlée, d'impacts significatifs et néfastes sur l'environnement global (flore, faune, climats...), Humans have the greatest impact on the problem of invasive species. Nearly all ecosystem disturbances come from various forms of human activity. As humans exert ever-greater influence on the Earth, their anthropic preferences will play a substantial role in determining which other species survive. Humans are also aninvasive species

  19. Les pêcheurs sont les observateurs les plus attentifs des milieux aquatiques. Ils sont les mieux placés pour étudier l’impact des espèces invasives sur la faune et la flore. Comme par le passé, leur rôle est d’attirer l’attention des décideurs et de leur conseiller les mesures les plus sages pour préserver le patrimoine aquatique. A cet égard, la C.I.P.S. se pose en défenseur de la pêche sportive mais aussi des milieux dans lesquels elle s’exerce. Anglers are the best observers of the aquatic water bodies. They are in the best position to study the impact of the invading species on the aquatic fauna and flora. As formerly, the aim of the anglers is to turn the attention of the decision makers and to advise them the most suitable regulations and measures to preserve the aquatic patrimony. In this way, C.I.P.S. is the defender as well of the sport-fishing as of the waters for angling. Conclusion