Download
pol itique doc umentaire les conditions de mise en place n.
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
Pol itique doc umentaire : Les conditions de mise en place PowerPoint Presentation
Download Presentation
Pol itique doc umentaire : Les conditions de mise en place

Pol itique doc umentaire : Les conditions de mise en place

174 Vues Download Presentation
Télécharger la présentation

Pol itique doc umentaire : Les conditions de mise en place

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript

  1. Politique documentaire :Les conditions de mise en place Pour quoi? Pour qui? Comment? Pour quels résultats? Martine.vanlierde@fresnes94.fr

  2. Les questions à se poser : Une démarche pragmatique au service de l’action • Pour quoi ?: La finalité : les visées de changement social. • Pour qui ? : L’étude de la population à desservir : les usagers et les non usagers • Quoi ? : Les besoins à déterminer en fonction du 1 et du 2 • Comment ? et jusqu’où ? : L’offre documentaire à construire en fonction du 2 du 3et du5 • À quel coût ? : Les moyens dont on dispose et / ou dont il faudrait disposer en fonction du 4 • Pour quels résultats ? : L’évaluation : impact, effets

  3. recommandations • Eviter le flou sur les missions • Eviter la dérive techniciste : Poldoc ≠ Science exacte! • L’implicite doit devenir explicite • L’intuitif doit s’accommoder d'exigence méthodique • L’approche subjective doit devenir une approche scientifique Et surtout • Faire preuve de bon sens

  4. Pour quoi? Priorités de politique publique des maires d’Ile- de-France • Le logement et urbanisme (48%) • La petite enfance : crèches et école (45%) • La protection de l’environnement (34%) • La circulation et les transports (33%) • La sécurité (33%) – pour les villes de plus de 5.000 habitants la sécurité est en 3 e position - • La fiscalité locale (32%) • L’emploi (20%) • L’aide sociale (13%) • Les personnes âgées (12%) • La propreté et la lutte contre le bruit (7%) • La culture dont les loisirs, le sport, les festivités (5%) • La lutte contre le racisme et l’antisémitisme, la démocratie participative et les nouvelles technologies. Priorités des maires 4e baromètre AMIF-JDD (2 décembre 2007) 

  5. Favoriser l’insertion dans l’emploi;Créer un Contrat Educatif Local ;Organiser des « assises de la jeunesse »Favoriser un service public « développement durable »Développer des services à la personneSoutenir les projets intergénérationnelsRenforcer le lien social et citoyen ;(Extraits du programme du maire sortant et réélu) Les politiques publiques locales

  6. Pour qui? Public et publics • Destinataires potentiels (population à desservir) ; • Usagers (déjà acquis ); • Publics-cibles (mercatique). Les composantes de population définie comme cible doivent constituer des catégories identifiables et quantifiables (âge, lieu de résidence, cursus scolaire, universitaire ou professionnelle, etc.) La segmentation de la population à desservir ne doit pas être confondue avec la catégorisation des usagers (ethnologie « les publics » des bibliothèques) • Elle est tournée vers la population à desservir (et non vers les seuls usagers) ! • Elle est associée à des objectifs (elle vise à répondre à des besoins) !

  7. Données géographiques • Données économiques • Données culturelles • Données démographiques La foule, Florence de Fremond

  8. Données géographiques Bibliothèques spécialisées Ecole Nationale Supérieure Cachan Sceaux Antony Lakanal 12 Fonds départementaux Fresnes Classe prépa et IUFM Créteil Fac Essonne http://bm.fresnes94.fr/BibChantier/tgm3JS/

  9. Données économiques 260 entreprises , 7 000 emplois sur la commune. Les grands secteurs du bassin de l’emploi : • Transports, logistique • Hôtellerie-restauration • Nettoyage • Secrétariat, bureautique • Vente • Services à la personne Le tissu économique : • la plate-forme aéroportuaire d’Orly; • le M.I.N. de Rungis; • le parc d’affaires de la SILIC  ; • le centre commercial régional « Belle Epine »

  10. Données culturelles 284 associations. Etablissements culturels: 1 Ecomusée, 1 Ecole nationale de musique, 1 Conservatoire d’arts plastiques et des arts de la scène, 1 Centre socioculturel, 1 Maison d’art contemporain, 1 Maison des jeunes et de la culture, 1 salle de spectacle et 1 salle de cinéma, 1 compagnie théâtrale, 1 bibliothèque sonore. Structures éducatives : 6 écoles maternelles, 6 écoles primaires, 3 collèges, 1 lycée intercommunal (général, technologique et professionnel), 5 accueils de loisirs et de multiples antennes d’aide aux devoirs.

  11. Parcours scolaire • 8% des jeunes quittent l’école sans qualification chaque année • 60% des collégiens ne peuvent pas être aidés par leur parents ; 80% des lycéens • 16% de la population d’âge scolaire sont des élèves immigrés ou filles ou fils d’immigrés (estimation) • 90% des enfants de cadres atteignent le niveau Bac contre 51% des enfants d’ouvriers • Bac 2009 : taux de réussite 86% soit 66,4% d’une classe d’âge (ils étaient 25% il y a 30 ans) D’après le Dictionnaire des inégalités scolaires, ESF 2007; et le site du ministère de l’Education nationale 2009

  12. Parcours universitaire • Un quart des entrants quitte l'université après un an. • L'échec à l'université concerne essentiellement le premier cycle. • Seulement 46,2 % des étudiants passent en deuxième année L'échec concerne d'abord les bacheliers professionnels, mal préparés par leurs études antérieures à s'engager dans une formation universitaire générale de premier cycle, et, dans une moindre mesure, les bacheliers technologiques, notamment lorsqu'ils sont issus des séries tertiaires. Rapport Dupont http://www.senat.fr/rap/a03-074-5/a03-074-54.html

  13. Population stable et équilibrée, plus jeune que la moyenne nationale. Taux de chômage 8,8%. Population active  47,50% Etudiants 8,11%. [1] Données démographiques : Habitants : 23 600 Ou 26 000 [1] Sources INSEE. Enquêtes annuelles de recensement de 2006.

  14. Activités Fresnes Moyenne nationale 47,50% 37,10% 45,20% 29,90% 27,20% 27,10% 25% 23,30% 22,10% 18,20% 16,40% 15,80% 15,50% 13,70% 12,10% 11,60% 6,40% 3,50% Actifs Retraités Ouvriers Employés Jeunes scolarisés Professions intermédiaires Autres personnes sans activité Cadres, professions intellectuelles Artisans, commerçants, chefs d'entreprise Niveau d’études supérieur à la moyenne nationale. Représentation importante des cadres et des professions intellectuelles et intermédiaires. 8% des employés sont agents de l’administration pénitentiaire (ce qui explique le différentiel avec la moyenne nationale ).

  15. Au sein d’un territoire Les Usagers http://bm.fresnes94.fr/BibChantier/tgm3JS/

  16. Comparaison des usagers « Actifs » en 2005 Discours… et expertise Usagers actifs? « La population des bibliothèques municipales a tendance à vieillir… » Source enquête Crédoc de 2006

  17. Usagers scolarisés qui travaillent à la bibliothèque Collégiens Représentation des sondés par niveau d’étude Lycéens Étudiants Enquête sur les usages sur place: 2008 Échantillon de 668 usagers

  18. Demande Besoin Quoi? Besoins liés à l’environnement Mais aussi : Besoins exprimés par les usages et les comportements Besoins exprimés par les usagers

  19. Besoins exprimés par les usages et les comportements La bibliothèque est perçue comme un espace culturel plutôt que simple lieu d’emprunt . Elle est utilisée de plus en plus comme lieu de lecture sur place. L'accès aux collections par le catalogue devient l'exception. La fonction documentaire diminue. Le besoin de convivialité se développe. 9 % des adultes ayant été scolarisés en France sont en situation d’illettrisme ; [1] Le livre perd son statut d’objet de savoir. L’accès à Internet devient un outil démocratique de communication et de savoir. L’autonomie face aux nouvelles technologies de l’information devient un facteur important d’intégration. Médiation, accompagnement, formation, expertise.  [1] Sources : Agence nationale de lutte contre l’illettrisme ; enquête 2004 ministère de l’éducation /DEP.

  20. Plus des deux tiers de la population (69% exactement, soit 67% des adultes et 92% des 12-17 ans) sont désormais équipés d’au moins un ordinateur à leur domicile . 89% des 12-17 ans sont connectés à Internet à domicile 58% pour les 18 ans et plus 85% des élèves de 12 à 17 ans déclare disposer d’un accès à un ordinateur sur leur lieu d'études. Forte expansion d’une offre en ligne (bibliothèques numériques, bases de données et autres sources et services en ligne: ePress, elearning) qui complète, voire parfois remplace, l’offre documentaire traditionnelle Développement des Blogs, wikis, tags Développement de la bibliothèque virtuelle et de services personnalisés ; formation des usagers; formation du personnel. http://www.arcep.fr/uploads/tx_gspublication/etude-credoc-2008-101208.pdf page 41

  21. http://www.statistique-publique.fr/index.php?php_action=DOMAINES_selectDomaine&idDomaine=6http://www.statistique-publique.fr/index.php?php_action=DOMAINES_selectDomaine&idDomaine=6 En formation : En 2007, le secteur de la formation continue a poursuivi sa forte croissance : 10,8 millions de stagiaires (+7 % par rapport à 2006). Une action de formation sur cinq a visé un niveau bac +2 ou supérieur. L’orientation et l’accompagnement ont représenté 12 % des prestations. Les dix spécialités de formation les plus suivies sont essentiellement des formations dans les domaines des services, de formations générales ou ayant trait au développement des capacités.

  22. Répartition des diffusions de 31 radios musicales en 2007 Répartition par genre en % Source : Observatoire de la musique/DEPS

  23. Formation: oui 33% partiellement 23% non 3% Information : oui 64% partiellement 9% non 1% Culture : oui 77% partiellement 6% non 1% Loisirs : oui 68% partiellement 14% non 2% Besoins exprimés par les usagers Pour vous, la bibliothèque répond-elle aux besoins de : Dépouillement d’une enquête de satisfaction réalisée en 2006

  24. Aujourd’hui vous venez à la bibliothèque pour : (plusieurs réponses étaient possibles) Emprunter des documents 44%  Travailler en salle de lecture 19%  Rechercher une information sur place 15% Consulter des revues 13%  Utiliser les cabines d’autoformation 1%  Utiliser l’espace emploi 1%  Consulter Internet 4%  Autres1% 54% de pratiques sur place Dépouillement d’une enquête de satisfaction réalisée en 2006

  25. Généralement, vous venez à la bibliothèque pour : (plusieurs réponses étaient possibles)  Pour vos loisirs 48% Pour vos études 36%  Pour votre formation professionnelle 11%  Autres 4% Dépouillement d’une enquête de satisfaction réalisée en 2006

  26. Besoins documentaires exprimés par les usagers Usage général

  27. Comment? Qui fait? • Répartition • Tâches • Responsabilités • Compétences • Implantations • Aménagements • Locaux • Méthodes • Procédures • Circuits Où? Comment faire? Coût • Planification • Ordonnancement • Planning Quand?

  28. Des valeurs partagées Qui déplace les lignes des possibles souhaitable utopie Valeurs Objectifs de politiques publiques Qui déterminent les besoins Orientations Environnement Programme d’action Pertinence influence efficacité Possible cohérence efficience Résultats Moyens

  29. Une co-construction L’effacement progressif des tâches d’exécution au profit de l’initiative, des coopérations et des spécialisations essentiellement intellectuelles, font du management de la connaissance ou « Management de l’intelligence collective », un modèle de conduite d’équipe particulièrement adapté aux bibliothèques, où la production (sélection et promotion de ressources documentaire, médiation de l’accès à la connaissance ) Interagit avec la recherche d’impacts et d’effets sur le public. Le développement de la technologie de l’information constitue une formidable opportunité de donner toute sa portée à cette vision du management en favorisant les flux relationnels et informationnels au sein de l'équipe.

  30. 1 conservateur en chef 1 conservateur 6 assistants qualifiés 2 assistants de conservation 1 rédacteur 1 technicien supérieur 1 adjoint d’animation 4 adjoints administratifs

  31. Direction générale Thierry Giappiconi Communication H. M A. C Administration M.J. O Direction adjointe Martine Van Lierde Enfance et jeunesse A. C N. D N. D Adolescents C. P I. C Circuit administratif du livre G. L C. C Circuit technique du livre V. D Qualité accueil G. L Documentation Salles de travail: V. B InformatiqueS. B A. J P. B Logistique Services Collections Droit, économie, gestion V.B Littérature, Musique Beaux-arts M.V L Sciences humaines S. B Doc. Jeunesse N. D Sciences T.G I. C N. D P. B I. R M. V L C. P V. B Tous les acquéreurs I. R P. B Organigramme de la bibliothèque

  32. Management ; Réunion de 4,1% service, Développement des collections administration 16,4% courante, formation;12,8% Equipement; 4,6% Action culturelle; 17,6% Prêt , orientation et rangement; 38,9% Informatique; 6,2% Répartition du temps de travail par tâches

  33. Evaluation des collections, mise à jour du PDC Desherbage 0,9% 1,4% Contrôle des Veille acquisitions, documentaire choix de 4,0% l'équipement 0,6% Sélection de l'offre Suivi des documentaire Commandes, 3,9% exemplarisation 4,2% Récupération des notices, rentrée des données locales 1,3% Repartition du temps de travail pour le développement des collections

  34. Logigramme de la fonction d’acquéreur Veille documentaire Tâchesde la responsabilité de l’acquéreur Tâches dépendantes Formation continue : stage, congrès, salons Suivi des budgets Sélection de l'offre en fonction des objectifs et des ressources Désherbage Rachat Partenariats Action culturelle : programmation et organisation Rentrée des données locales, indices, cote Aide à la programmation Sélection et catalogage des sites internet et des bases en ligne Récupération des notices Suivi des commandes et exemplarisation Commande Montage des expositions Dépouillement (externalisé) Rangement Equipement des revues Equipement CD et DVD Bulletinage Contrôle des acquisitions et choix de l'équipement Aménagement des espaces, manutention Formation Reliure Accueil des classes Communication Préparation des visites de classes thématiques Mise en valeur des rayons Table d’actualité Promotion des collections Permanence : conseil, orientation Bibliographies Recueil des données statistiques Evaluation Suivi des tableaux de bord Mise à jour du PDC

  35. Le PDC Pour pouvoir être considéré comme une collection, les ressources documentaires d’une bibliothèque doivent faire l’objet « d’un projet intellectuel d’ensemble, conscient, assumé et formalisé » (Conseil supérieur des bibliothèques, 1998). La notion de collection s’applique à l’intégralité des documents (y compris numériques) • Un PDC établi, en concertation avec l’autorité de tutelle définit les objectifs et les • règles du développement des ressources documentaires et sert : • de guide et d’outil de coordination au sein de l’équipe professionnelle; • de cadre de référence et de dialogue avec l’autorité territoriale et les usagers. • La mise en œuvre (acquisitions, éliminations, etc.) est confiée aux bibliothécaires, spécialisés par domaine, sous la responsabilité du conservateur en chef en charge de la direction de l’établissement dans le cadre du PDC et dans les limites des moyens accordés.

  36. 108 750 Documents dont 27 080 destinés aux enfants 194 Titres de périodiques 5490 CD audio 654 CDrom 594 DVD 955 Sites Internet intégrés au catalogue • Acquisitions entrées dans le fonds en 2008 Les collections • Une collection de bibliothèque est un ensemble cohérent de documents : • a priori non irremplaçables… • collectés en vue d’un usage … • dans le cadre de priorités sociales et cognitives définies au niveau collectif… • gérés dans un cadre matériel fini (espaces, budget, temps/compétences). • Chaque document est moins important que l’ensemble dans lequel il s’insère • Une collection vit dans un principe de renouvellement et non d’accroissement continu • Une collection sans services associés est morte Dans le cadre des « Bibliothèmes 94 » (13 fonds spécialisés financés par le Conseil général du Val-de-Marne), la bibliothèque de Fresnes développe le bibliothème « Littérature française du XIe au XIXe siècle ». Cette collection de 5800 titres, en accès gratuit, a pour objectif de promouvoir la littérature française classique auprès d’un large public allant de l’élève de primaire à l’étudiant de second cycle universitaire.

  37. Etat des lieux : Analyse globale d’un fonds Rotation Renouvellement Age Segmentation

  38. Le taux de rotation « cet indicateur estime le nombre moyen de fois que les documents de la collection ont été prêtés au cours d’une année » Norme ISO 11620 Nombre de prêts annuels Taux de Rotation= Nombre total de documents Evalue le taux d’utilisation globale d’une collection de prêt Evalue l’adéquation de la collection / à la population à desservir Mais attention Taux trop bas = collection inappropriée? Taux trop haut = nombre d’exemplaires inapproprié?

  39. Taux de renouvellement Nombre d’acquisitions pendant une année n 100 Nombre total de documents au 31/12 de l’année n En fin de période de manière à prendre en compte le désherbage effectué pendant l’année! A quoi sert le Taux de renouvellement? • Analyser les collections existantes • Programmer le nbre de documents à acquérir en fonction des objectifs de développement • Programmer le nbre de documents à désherber pour respecter les équilibres de la collection Taux de renouvellement =

  40. Age des collections Les analyses d’âge des collections montrent qu’un titre connait 65% de son utilisation dans les 2 ans qui suivent sa parution. 75% des prêts sont effectués sur des documents imprimés depuis moins de 10 ans Voilà par exemple pourquoi il faut racheter les classiques! Ages moyen = total des âges éditoriaux / nombre de documents Age médian = âge autour duquel la collection se partage en deux masses égales Age critique = fixe une présomption d’obsolescence

  41. Segmentation • Une plan de développement s’organise selon une nombre variable de segments correspondants à des domaines significatifs de connaissance • Cette segmentation s’établit en fonction de choix et de priorités établis à partir : • Des objectifs de service public de l’établissement ; • De l’application de ces objectifs aux besoins de la population à desservir ; • De l’environnement, notamment de l’environnement documentaire.

  42. Les domaines Bien qu’elle recouvre des catégorisations intellectuelles, la segmentation doit d’abord procéder de choix sociaux et intellectuels et non de l’application d’un système de classement. Informatique Sciences de l’information Philosophie Psychologie et éducation familiale Religion Ethnologie et contes Sociologie Sciences politiques Economie, gestion Droit Enseignement, orientation, formation Apprentissage des langues Sciences de la vie Maths, physique, chimie Médecine Techniques Arts de la table Beaux Arts Arts du spectacle Techniques décoratives Musique Sports et loisirs Littératures étrangères Littérature française Philologie et linguistique Histoire Géographie et sciences de la terre BD Albums Romans J

  43. Les partenaires des acquéreurs

  44. Entrée en Premier Cycle d'Etudes Médicales (PCEM1) et PCEM1 proprement dite. DVD de fiction en lien avec les littératures étrangères

  45. Le classement L’indexation systématique L’application d’un système d’indexation systématique a pour but de représenter une segmentation pour faciliter la gestion interne (contrôle, évaluation) et la coopération (comparaison) ; La liste des indices doit-être prédéfinie et adaptée aux objectifs de développement de la collection . La cotation La cotation doit former des segments cohérents adaptés à la topographie des rayonnages (table validée) pour : • Offrir un ensemble compréhensible et attractif au public • Permettre une signalisation cohérente des travées et des rayonnages ou des bacs • Faciliter la recherche par les usagers • Faciliter le rangement par le personnel

  46. La cote : • Est de nature topographique • S’applique à un exemplaire • Est portée sur un document • Est d’usage local • Sert au rangement de la collection • Sert à l’inventaire des stocks • Constitue un outil de cohérence de présentation des documents sous réserve d’une liste contrôlée L’indice : • Est de nature analytique • S’applique à un titre • Est porté dans une notice bibliographique • Peut être d’usage collectif • Sert à la gestion de la collection • Sert à l’évaluation de la collection • Constitue un outil de gestion utile au développement local ou partagé des collections sous réserve qu’elle relève d’une liste contrôlée 84+ .32 MOLI avar 84+.32 littérature de langue française du 17ème

  47. le conspectus (méthode développée dans les années 1990 par Le Research Library group) 2principes: Segmentation des collections • Un segment = un ensemble cohérent sur un thème • Un ensemble significatif de la connaissance = La Dewey mais pas forcément Paradoxalement, segmenter permet d’avoir une vue d’ensemble! Indicateurs de profondeurs • Qui correspondent à des niveaux de développement

  48. Le niveau • 0 : Hors collection (pas de développement de la collection dans ce segment) • 1a : Niveau minimal d'information, couverture non systématique du sujet • 1b : Niveau minimal d'information, couverture systématique du sujet (collège) • 2a : Niveau d'information de base, introduction (lycée) • 2b : Niveau d'information de base, approfondi (1er cycle) • 3a : Support de formation, niveau débutant (licence) • 3b : Support de formation, niveau intermédiaire (Master) • 3c : Support de formation, niveau confirmé (Doctorat) • 4 : Niveau recherche • 5 : Niveau complet d'information Les indicateurs de profondeur des collections du Conspectus WLN (d'après Bushing, Davis, et Powell)

  49. L’objectif du développement d’une collection ne peut se contenter de reposer sur des objectifs d’acquisition de ressources matérielles (par exemple, tant de livres, tant de disques, tant de cédéroms) mais sur un objectif de niveau d’information (par exemple offrir un corpus de philosophie, de lettres ou de mathématiques approprié à l’atteinte d’un niveau de connaissance donné) L’objectif devient alors clairement d’offrir (tous supports nécessaires pris en compte) une sélection pertinente au regard d’un besoin déterminé (c’est à dire des attentes formulées ou non du public au regard de politiques publiques de formation, d’information, de culture, etc.).