Download
l affaire enron n.
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
L’affaire ENRON PowerPoint Presentation
Download Presentation
L’affaire ENRON

L’affaire ENRON

1422 Vues Download Presentation
Télécharger la présentation

L’affaire ENRON

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript

  1. L’affaire ENRON Présenté par : YoussraOddi Encadré par : Mr. Essafi

  2. LE PLAN : • Présentation historique de l’affaire. • Début de la crise, révélation du scandale. • Conséquences de l’affaire.

  3. la présentation historique de l’affaire : • ENRON fut l’une des plus grandes E/ses américaine par sa capitalisation boursière, née en 1985, de la fusion d’Houston natural gas et Internorth sous l’influence de Kenneth Lay qui prendra ensuite la direction de l’E/se. • Très vite cette société a diversifié ses activités pour que l’activité initiale d’opérateur de gazoduc devienne marginale.

  4. dès 1989, Kenneth Lay décide de transformer le producteur et transporteur de gaz ENRON en une société de négoce en énergie. • Jusqu’en 1990 date d’entrée d’Andrew Fastow, ENRON connaissait une régulière et équilibré supporté par des investissements modérés.

  5. Le premier investissement de grande ampleur, la construction d’une centrale en Inde en 1993, déjà controversé. • L’activité de trading en électricité s’est généralisé pour devenir l’activité générale en 1994.

  6. C’est en 1997 qu’ENRON se lance dans un cycle sans fin d’investissement massifs on retiendra par exemple l’achat de Portland General Electric pour 32 milliards de dollars, la constitution d’Azurix pour gérer les nombreux investissement de la compagnie à l’étranger. • C’est aussi à partir de cette date que l’E/se s’est implantée sur le marché des produits dérivés (qui protègent les E/ses des risques dus aux aléas climatique.)

  7. La société s’est impliquée toujours davantage dans la négoce. • Du papier aux fibres optiques, les câbles, les bois,…de nombreux domaines souvent sans rapport avec l’énergie qui constitue l’activité d’origine.

  8. ENRON a connu une évolution positive vers la fin du 20e siècle dû à l’essor de la nouvelle technologie, et devenu le n°1 mondial du courtage en énergie. • En 2000, la société a vu son chiffre d’affaire dépasser les 100 milliards de dollars et le cours de ses actions dépasser les 90 dollars.

  9. Le début de la crise et la révélation du scandale:

  10. Le début de la crise et la révélation du scandale: • Août 2000: Les premiers signes de la crise ont apparu avec la filiale holding d’Azurix et le cours de l’action de la holding (garanti par la maison mère ) passent de 19 à 5 dollars. • Usant de sa force de persuasion, Kenneth Lay redonne confiance aux analystes du marché.

  11. le résultat de l’utilisation croissante de l’actionnariat a entraîné la création des cadres supérieur hyper agressifs tentant constamment d’impressionner les analystes En se fixant des objectifs ambitieux de la croissance de la valeur des actions. Lorsque les objectifs étaient atteints, les analystes montaient la barre encore plus haut dans la réalisation des objectifs plus risqués.

  12. Ces objectifs ont été réalisable avec des pratiques légales sachant qu’ils ne puissent être réalisé sans recourir à des pratiques illicites.

  13. En bref, l’E/se gonflait artificiellement ses profits tout en masquant ses déficits en utilisant de société écrans et en falsifiant ses comptes. Tous ces éléments représentent les vrais raisons de la crise.

  14. En Janvier 2001, les dirigeants d’ENRON constatent les pertes enregistrées par la société s’élèvent à 600 millions de dollars. • Pour rassurer les milieux financiers, Kenneth Lay confie la direction de l’E/se et son adjoint Jeffrey Skilling. Ces derniers vendent en masse leurs actions.

  15. Les salariés ne peuvent réaliser leurs stock-options bloqués qui se dévaluent tout comme la valeur de leur fonds de pension constitués sur recommandation de la direction d’ENRON, à plus de 60% des actions de l’E/se.

  16. Malgré ses ventes massives de la part des dirigeants, les invitations au personnel à investir dans la société persistent jusqu’en octobre 2001, date à laquelle les pertes sont pour la première fois officiellement annoncées.

  17. Une série d’événements prépare ensuite la fin d’ENRON: Dynergie retire sa proposition de rachat de l’entreprise, l’action ENRON, qui constituait une valeur sure, perd en quelque semaine toute valeur pour tomber sous le seuil de 1$. • ENRON se place donc sous le régime de droit des faillites américaines.

  18. Conséquences de l’affaire :

  19. Conséquences de l’affaire : •  D'abord, la faillite d'une société ayant un chiffre d'affaires comparable aux plus grosses entreprises françaises (101 milliards de dollars) peut avoir des répercussions économiques sur l'ensemble de son secteur, y compris en Europe.

  20. Mais, surtout, cette faillite se double d'un scandale lié à des pratiques contestables dans la présentation des états comptables. • Elle illustre combien l'absence de crédibilité en l'information économique peut s'avérer désastreuse; un risque majeur apparaît: celui d'une perte de confiance générale dans le fonctionnement des marchés financiers.

  21. Pour le personnel : Le 2 Décembre, ENRON annonce le licenciement de 800 employés dont 400 hors les Etats-Unis. Suite à la faillite, tous perdront leur emploi. • Pour les actionnaires : Les actionnaires ayant investit leur épargne dans les actions ENRON ont vu leur capital fondre et disparaître sans qu’ils ne puissent réagir.

  22. Pour les créanciers : • 618 millions de dollars des dettes de la société partent en fumée. De nombreuses banques sont concernés, aussi bien aux USA qu’Europe. • Pour les fournisseurs et sous-traitants: • Il s’agit d’une perte d’activité. Toutes les E/ses qui travaillaient pour ENRON ont perdu leur marché.

  23. Conclusion : • La révélation des pertes serait la preuve d’une mauvaise gestion, d’une mauvaise stratégie.

  24. La faillite d’ENRON a soulevé de sérieuses interrogations sur le système comptable, à la fois sous l’angle des normes, de leur mise en œuvre et de leur supervision ; les scandales suivants en particulier celui de Worldcom ont fini par jeter un doute profond sur la qualité de l’information financière.

  25. La faillite d’ENRON a montré les limites de la gouvernance d’entreprise réduite aux seules relations entre actionnaires et dirigeants. Elle a montré la capacité d’une entreprise à falsifier ses comptes. La mauvaise comptabilité implique une mauvaise évaluation de l’entreprise par les marchés.