Download
slide1 n.
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
Présentation faite par Dr P. Abdoulaye NITIEMA, ST/PNDS, Ministère de la santé, BURKINA FASO PowerPoint Presentation
Download Presentation
Présentation faite par Dr P. Abdoulaye NITIEMA, ST/PNDS, Ministère de la santé, BURKINA FASO

Présentation faite par Dr P. Abdoulaye NITIEMA, ST/PNDS, Ministère de la santé, BURKINA FASO

93 Vues Download Presentation
Télécharger la présentation

Présentation faite par Dr P. Abdoulaye NITIEMA, ST/PNDS, Ministère de la santé, BURKINA FASO

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript

  1. PROMOTION DE LA SANTE DANS LE DEVELOPPEMENT DES SYSTEMES DE SANTE EN AFRIQUE: ANALYSE DE LA SITUATION, LA STRATEGIE POUR LA REGION AFRICAINE. Présentation faite par Dr P. Abdoulaye NITIEMA, ST/PNDS, Ministère de la santé, BURKINA FASO 7 novembre 2007

  2. PLAN DE PRESENTATION I. Introduction II. Quelques définitions III. Analyse de la situation de la Région Africaine de l’OMS IV. Stratégies V. Conclusion

  3. I. INTRODUCTION

  4. En octobre 1986, la Première conférence internationale pour la promotion de la santé a eu lieu à Ottawa (Canada) et a produit la Charte d’Ottawa pour la promotion de la santé. • Cette conférence a été suivie d’autres, au cours desquelles les participants ont étudié les grands thèmes de la Charte d’Ottawa ; ces conférences ont porté sur la politique des pouvoirs publics favorables à la santé (Adélaïde, 1988) et sur les milieux favorables à la santé (Sundsvall, 1991). Elles nous ont beaucoup permis de mieux comprendre les stratégies de promotion de la santé et leur application pratique, ainsi que de mieux expliquer les questions présentant de l’intérêt pour les pays en développement.

  5. En juillet 1997, un nouveau pas en avant a été accompli grâce à la Quatrième conférence internationale sur la promotion de la santé (À ère nouvelle, acteurs nouveaux : adapter la promotion de la santé au XXIe siècle) qui a eu lieu à Jakarta (Indonésie). • En 1999, à Québec(Canada) a eu lieu la conférence sur la « promotion de la santé dans le monde » • En 2005, la 6ème conférence globale de la promotion s’est tenue à Bangkok et récemment la conférence de Vancouver

  6. L’OMS a élaboré et mis en oeuvre plusieurs programmes et projets dont l’objet était de traduire les concepts et stratégies de promotion de la santé en mesures concrètes. Il s’agit notamment des programmes Villes-santé, Villages-santé, Municipalités-santé et Îles-santé, des réseaux d’Écoles-santé et d’Hôpitaux-santé, des programmes Marchés-santé et Lieux de travail favorables à la santé, ainsi que des plans d’action de l’OMS sur l’alcool et le tabac, la vie active et le vieillissement en bonne santé.

  7. Des évolutions récentes concernant les systèmes de santé dans le monde entier ont donné une importance nouvelle aux méthodes de la promotion de la santé. L’intérêt de plus en plus marqué pour les résultats en matière de santé confirme qu’il est justifié d’accorder un degré de priorité élevé à l’investissement dans les déterminants de la santé grâce à la promotion de la santé.

  8. II. Quelques définitions

  9. La santé • un état complet de bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d’invalidité( In. Constitution de l’OMS, adoptée en 1948) • En PS, santé ≠ état abstrait, mais plutôt un moyen d’atteindre un but ; sur le plan fonctionnel, il s’agit d’une ressource qui permet de mener une vie productive sur les plans individuel, social et économique. La santé = ressource de la vie quotidienne, et non le = concept positif mettant en valeur les ressources sociales et individuelles, ainsi que les capacités physiques. Réf : Charte d’Ottawa pour la promotion de la santé, OMS, Genève, 1986.

  10. La Promotion de la santé ( PS) • = processus qui confère aux populations les moyens d’assurer un plus grand contrôle sur leur propre santé, et d’améliorer celle-ci. • (Réf : Charte d’Ottawa pour la promotion de la santé, OMS, Genève, 1986) La PS = processus social et politique global, qui comprend non seulement des actions visant à renforcer les aptitudes et les capacités des individus mais également des mesures visant à changer la situation sociale, environnementale et économique, de façon à réduire ses effets négatifs sur la santé publique et sur la santé des personnes. La PS=processus qui consiste à permettre aux individus de mieux maîtriser les déterminants de la santéet d’améliorer ainsi leur santé. La participation de la population est essentielle dans toute action de promotion de la santé.

  11. Les déterminants de la santé ( DS) =Facteurs personnels, sociaux, économiques et environnementaux qui déterminent l’état de santé des individus ou des populations. Santé Publique =Science et art de favoriser la santé, de prévenir la maladie et de prolonger la vie grâce aux efforts organisés de la société

  12. Santé pour tous ( DS) =L’accession de tous les habitants du monde à un niveau de santé qui leur permette de mener une vie socialement et économiquement productive. Les soins de santé primaires =soins essentiels reposant sur des méthodes et des techniques pratiques, scientifiquement valables et socialement acceptables, accessibles à un coût que la communauté et le pays peuvent supporter. Référence : Déclaration d’Alma Ata, OMS, Genève, 1978

  13. Prévention de la maladie = comprend des mesures qui visent non seulement à empêcher l’apparition de la maladie, telle que la lutte contre les facteurs de risque, mais également à en arrêter les progrès et à en réduire les conséquences. (Réf : adapté du Glossaire de la série « Santé pour tous ». OMS, Genève, 1984) • La prévention primaire vise à empêcher l’apparition d’une maladie. • La prévention secondaire et tertiaire visent à: • stopper ou à retarder l’évolution d’une maladie et ses effets par le dépistage précoce et un traitement approprié ; • ou à réduire le risque de rechute et de chronicité, au moyen d’une réadaptation efficace, par exemple.

  14. L’empowerment = « … processus par lequel des individus et des communautés ont les conditions de prendre un tel pouvoir, et d’être réellement acteurs de la transformation de leur vie et de leur environnement » (Robertson et Minkler, 1994)

  15. Participation communautaire • Processus qui contribue au renforcement du pouvoir de la communauté par son implication dans la prise des décisions sur les problèmes se posant à elle (Levesque et al., 2002) • Elle doit amener à ne plus « faire pour » des personnes ou une popualtion, mais « faire avec » elles dans une participation-négociation à tous les niveaux de la démarche (Charte de promotion de pratiques de santé communautaire, 1998 ; Laverack & Wallerstein, 2001 ; Levesque et al., 2002 ; Oanurack & Ruebush, 1996 ; Wallerstein, 1999.) • Elle conduit à l’empowerment (Robertson & Minkler, 1994)

  16. Système de santé «C’est un système intégré, garantissant la santé pour tous avec l’équité, éthique et offrant des soins préventifs, curatifs, promotionnels et réadaptatifs de qualité accessibilles (géographiquement et financièrement avec la participation effective et responsable de tous lesacteurs (populations, Etat, partenaires, secteur privé, autres secteurs de développement…)».

  17. III. Analyse de la situation de la Région Africaine de l’OMS

  18. Une étude des données disponibles sur la santé en Afrique met en exergue une morbidité et une mortalité élevées de la mère et de l’enfant, une forte prévalence du VIH/SIDA, du paludisme, de la tuberculose et de bien d’autres maladies infectieuses, une forte prévalence également de la malnutrition, autant de problèmes majeurs du secteur santé en Afrique

  19. En 2005, en Afrique subsaharienne, une femme sur 16 risque de mourir de complications liées à la grossesse dans le cours de sa vie. Dans les pays industrialisés, c'est le cas d'une femme sur 2 800 • La pauvreté, la discrimination et la violence rendent les femmes et les filles particulièrement vulnérables à la transmission du VIH. Aujourd'hui, la moitié environ des quelques 40 millions de personnes atteintes du VIH sont des femmes, avec l'augmentation la plus nette du nombre de cas parmi les jeunes âgés de 15 à 24 ans. • Les femmes représentent 57 % de tous les séropositifs en Afrique subsaharienne contre 49 % dans les Caraïbes. Trois quarts des nouvelles infections par le VIH se transmettent par des rapports hétérosexuels

  20. La recherche a montré que des taux élevés de mortalité maternelle et infantile sont le reflet d’une inadéquation du système de santé en général. • A quelques exceptions près, ce sont les pays dont les systèmes de santé sont les moins à même d’y faire face aux problèmes de santé en général, qui ont été le plus durement frappés par l’épidémie du VIH/SIDA!

  21. Des maladies non transmissibles : Obésité, HTA, Diabète, cancer etc. occupent de plus en plus une place importante; • Réémergence de pathologies qu’on croyait avoir vaincues( lèpre par exemple!); • Des violences et des accidents; • Une pénurie en RHS

  22. Une lente progression vers l’atteinte des OMD en grande partie due à des systèmes de santé inadaptés et à faibles capacité financière. • Alors • La Promotion de la santé ne peut être que d’actualité dans la région africaine de l’OMS!

  23. IV. Stratégie de la Promotion de la santé en région africaine de l’OMS

  24. Lors de sa 51ème session du Comité Régional en 2001 à Brazzaville, a été adoptée la stratégie régionale de la promotion de la santé structurée autour de: • Finalité et objectifs • Principes directeurs • Interventions prioritaires • Cadre de mise en œuvre • Surveillance continue et évaluation

  25. Finalité: • favoriser des actions qui améliorent le bien être physique, social et psychique des populations et qui contribuent à prévenir les principales causes de morbidité, d’incapacité et de mortalité. • Objectifs(N=5): • Renforcer la capacité des pays de concevoir, d’appliquer et d’évaluer la PS; • Soutenir des programmes de santé prioritaires; • Mettre en application des initiatives particulières de PS; • Faire davantage admettre que la santé est une composante indispensable au développement socio-économique; • Promouvoir l’implication de secteurs non sanitaires publics et privés dans le développement sanitaire.

  26. Principes directeurs( à respecter pour la réussite des interventions de PS): • L’existence dans les pays de connaissances et de compétences permettant une action de PS fondée sur des bases factuelles; • L’intégration de la PS à tous les programmes de santé en vue d’atteindre des buts et des objectifs précis; • La systématisation du recours aux interventions de PS pour compléter les programmes de santé prioritaires; • La reconnaissance de la santé comme moyen de propager et d’instaurer l’équité dans les communautés et au sein des pays; la conception des dépenses de santé comme un investissement dans les RH et le développement; l’existence de politiques et de pratiques qui évitent de léser la santé des individus……. • La prospection des possibilités de promotion dans tous les secteurs, création de partenariats et recensement des acteurs appartenant aux secteurs non sanitaires concourant à la paix,………à la justice sociale , au respect des droits de la personne humaine et à l’équité………

  27. Interventions prioritaires (N=5): • Plaider pour le recours à la promotion de la santé en vue d’améliorer la santé et de prévenir la maladie; • Constituer un potentiel afin de renforcer la politique, les mécanismes et les activités de promotion de la santé; • Dresser des plans d’action par pays en vue de renforcer l’utilisation et l’institutionnalisation de la PS au sein des systèmes de santé; • Insérer des éléments de promotion dans les interventions et les programmes des secteurs non sanitaires; • Renforcer les programmes de santé prioritaires en recourant à des démarches et des méthodes de promotion de la santé.

  28. Cadre de mise en oeuvre: • Echelle Pays • Plaider la cause de la PS afin d’intensifier les actions de sensibilisation et de soutien( cible = secteur santé et non sanitaire + nouveaux acteurs); • Conception de politique, mise en place de cadres institutionnels et mobilisation de ressources au profit de composantes de programmes portant sur la PS; • Mise en place de mécanismes articulant Système national de santé et interventions de promotion de santé menées dans secteurs non sanitaires; • Renforcement de la composante promotion de la santé des programmes prioritaires.

  29. Cadre de mise en oeuvre: • Échelle Région africaine: l’OMS devra • Appuyer les pays dans la mise en œuvre des recommandations de la stratégie; • Orienter et guider ses homologues régionaux , les ONGs au recours à la PS; • Soutenir les initiatives de partenariat pour la promotion de la santé; • Engager les gouvernements et organismes à soutenir l’application de la PS; • Faciliter le renforcement des compétences en PS; • Coordonner l’élaboration de lignes directrices et d’un cadre régional en PS.

  30. Surveillance continue et évaluation : • Les pays assureront la surveillance continue de la mise en œuvre de la stratégie sur la base d’indicateurs convenus; • Une évaluation inter pays sera menée périodiquement ;

  31. EN CONCLUSION, • Les facteurs qui influent sur la santé sont multiples et agissent les uns sur les autres. • La promotion de la santé porte fondamentalement sur l’action et la sensibilisation nécessaires pour prendre des mesures à l’égard de l’ensemble des déterminants de la santé potentiellement modifiables,non seulement vis-à-vis de ceux qui sont liés aux actions des individus, tels que les comportements en matière de santé et les modes de vie, mais également de facteurs tels que le revenu et le statut social, l’instruction, l’emploi et les conditions de travail, l’accès à des services sanitaires appropriés et les environnements physiques. Combinés, ces éléments créent différentes conditions de vie qui ont des effets sur la santé.

  32. La stratégie vise essentiellement à privilégier la promotion de la santé en tant que moyen d’intégrer diverses démarches et méthodes pour améliorer la santé des populations. Des actions prioritaires sont nécessaires parmi lesquelles le plaidoyer, le renforcement des capacités, les plans d’action, l’implication de tous les secteurs et le renforcement des programmes de santé.

  33. MERCI!