Download
maladie de lyme n.
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
Maladie de Lyme PowerPoint Presentation
Download Presentation
Maladie de Lyme

Maladie de Lyme

882 Vues Download Presentation
Télécharger la présentation

Maladie de Lyme

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript

  1. Maladie de Lyme Renaud Verdon Unité de Maladies Infectieuses CHU de Caen

  2. Biologie Borrelia burgdorferi (1) • Réservoir: nombreux rongeurs, cervidés • Vecteur: tique (Ixodes ricinus) • Cycle: 2 ans, 3 stades (larve/nymphe/adulte) • Chaque stade se nourrit par repas sanguin sur l’hôte (s’infecte / transmet la maladie) • La plupart des infections surviennent à partir de nymphes (petite taille, printemps, été, difficulté à extraire) • Facteurs associés avec transmission: • prévalence de l’infection chez les tiques (Europe 10 à 20 %) • attachement tique > 24 h • activité exposant aux tiques: randonnées, profession rurale, etc…chats et chiens peuvent être réservoirs ds certaines zones d’endémie

  3. Biologie Borrelia burgdorferi (2) • Gram négatif, 10 – 30 microns • Borrelia burgdorferi sensu lato, Borrelia burgdorferi sensu stricto, Borrelia garinii (Europe), Borrelia afzelii (Europe) • Structure: spirochète/ flagelles (flagelline 40 kDa)/ membrane externe protéo-lip: OspA, …OspF (variations antigéniques) • Réponse immunitaire: • réponse innée: liaison lipoprotéines borrelia avec CD14 / TLR-2 des macrophages; activation réponse inflammatoire • Réponse TH-1 (ECM: réponse TH1, expression mRNA cytokines)

  4. Maladies transmises par les tiques - nombreux genres et espèces (genres les plus connus en pathologie humaine: Ixodes, Dermacentor, Rhipicephalus, etc...) - bactéries: Borrelia burgdorferi Coxiella burnetti Borrelia des fièvres récurrentes Ehrlichiose Rickettsia conorii Rickettsia rickettsii autres Rickettsies Rochalimea henselae Rochalimea quintana Francisella tularensis - virus: Flavivirus des encéphalites à tiques Fièvres à tiques - parasites: Babésioses (piroplasmose) Theilérioses

  5. morsure de tique inoculation Borrelia burgdorferi érythème chronique migrant (S3-S10) atteinte d’organes cibles (qques mois-années) (cœur, articulations, SNC) formes chroniques / tardives (peau, articulations, SNC ?)

  6. Phase primaire - érythème chronique 3 à 30 j après piqûre de tique et inoculation - macule initiale érythémateuse, augmentant de diamètre progressivement, ronde ou ovalaire, bordure érythémateuse plus foncée, indolore, non prurigineuse - adénopathie satellite parfois - rares signes généraux - régression en 3-4 semaines - l'ECM n'est pas toujours présent, la phase primaire pouvant être asymptomatique

  7. Phase secondaire - quelques semaines à quelques mois après la phase primaire - dissémination hématogène ou lymphatique a- atteintes cutanées: lésions secondaires d'ECM, lymphocytome cutané bénin (rare) b- atteintes rhumatologiques: mono- ou oligo-arthrites évoluant par poussées, touchant les grosses articulations c- atteintes cardiaques: - BAV +++, myocardite, péricardite - clinique: syncopes, palpitations, dyspnée, douleurs thoraciques d- atteintes neurologiques: - méningo-radiculonévrite sensitive: localisation au métamère de la piqûre, s'étendant secondairement aux métamères adjacents - méningo-encéphalite, myélite, atteinte des nerfs crâniens, méningite lymphocytaire isolée e- pas ou peu de fièvre, asthénie f- nombreuses autres atteintes (rares)

  8. Phase tertiaire a- atteinte cutanée: - acrodermatite chronique atrophiante: infiltration inflammatoire évoluant vers une atrophie cutanée en plusieurs années b- atteinte rhumatologique - 10 % des patients - groupe HLA DR2 ou DR4 prédisposants - polyarthrite ou oligoarthrite des grosses articulations c-atteinte neurologique - encéphalopathie chronique - polyneuropathie périphérique - leuco-encéphalite

  9. Diagnostic a- les moyens - sérologie: 1/256 en ELISA ou IFI, faux positifs: autres borrélioses, tréponématoses, leptospirose, facteur rhumatoïde • culture bactérienne inapplicable en pratique b- situations - ECM: pathognomonique, la sérologie peut être négative (50%) à ce stade - phases secondaire et tertiaire: sérodiagnostic positif; intérêt de sérodiagnostics effectués dans le LCR ou le liquide synovial

  10. Traitement curatif a- ECM isolé: - amoxicilline 3 à 4 g / j 10 j - doxycycline 200 mg / j 10 j b- phase secondaire ou ECM avec signes de dissémination systémique - amoxicilline 6 à 8 g / j 20 j - ceftriaxone 2 à 4 g / j 20 j c- phase tertiaire: - ceftriaxone 2 g / j 1 mois

  11. Traitement préventif • Protection / information • Vaccin (USA) • Antibiothérapie post-exposition • discutée • Amoxicilline / doxycycline ds les 72 h suivant la morsure

  12. Fièvre boutonneuse méditerranéenne 1- Physiopathologie (schéma) 2- Circonstances épidémiologiques - été - loisir ou travail en zone rurale, dans le pourtour méditerranéen - piqûre de tique

  13. Clinique - lésion cutanée évocatrice au site de la piqûre: tache noire - 4-7 j plus tard, signes généraux (fièvre, myalgies, courbatures, asthénie,...) - 3-5 j après, éruption maculopapuleuse érythémateuse, parfois nodulaire, généralisée palmo-plantaire. - tache noire - manifestations viscérales: atteinte rénale, neurologique (méningite lymphocytaire et signes neurologiques centraux variés) myocardique,... - mortalité 2,5 % (défaillance polyviscérale)

  14. Diagnostic - présomptif: circonstances+fièvre+éruption+tache noire - sérologie (IFI) - rarement diagnostic par visualisation directe du micro-organisme 5- Traitement - doxycycline 200 mg/j pendant 7 à 10 j - fluoroquinolones, macrolides

  15. Autres rickettsioses 1- Typhus - R. prowazeki - cosmopolite - transmission par les poux 2- Fièvre pourprée des montagnes rocheuses - R. rickettsi - Amérique du Nord - transmission par les tiques

  16. Fièvre Q - Bactériologie - Coxiella burnetti - gram-négatif, parasite obligatoire intracellulaire - vacuole lysosomale, pH 4,8. (persistance) - production de spores - LPS modifié en culture. Phase I, phase II.

  17. Epidémiologie - réservoir: mammifères, oiseaux, tiques - Sources de transmission à l'homme: bovins, caprins, ovins. Réactivation de l'infection pendant la gestation. Rarement, chats, chiens. Transmission par aérosols+++, lait, tiques. - cosmopolite - fréquence sous-estimée

  18. Clinique Forme aiguë - incubation 3 semaines - syndrome pseudo-grippal - tableau d'hépatite - tableau de pneumopathie (gravité variable) atypique - rarement: fièvre isolée, méningo-encéphalite, myocardite, péricardite Forme chronique - pérennisation au décours d'une infection aiguë ou réactivation tardive - tableau d'endocardite à hémocultures négatives - rarement, infection osseuse, sur prothèse...

  19. Examens paracliniques - Diagnostic a- forme aiguë - NFS normale sauf thrombopénie - élévation des transaminases - auto-anticorps (antimuscles lisses+++) b- forme chronique - hyperleucocytose ou leucopénie - élévation des transaminases - anémie inflammatoire - auto-anticorps - sérologique (IF) - anticorps anti-phase I ou phase II - forme aiguë: anti phase II - forme chronique: anti phase I

  20. Traitement phase aiguë - doxycycline: 200 mg/j 15-21 j - alternatives: fluoroquinolones, rifampicine. phase chronique - doxycycline 200 mg/j 3 ans

  21. Maladie des griffes du chat (1) • Bartonella henselae, bactérie intracellulaire • Hôte: chat (puce) • Contamination: • griffure • autres (plaies végétales) • Présentation clinique: • lésion papulo-nodulaire au site d’inoculation d’évolution traînante (pls sem), parfois nécrotique • adénopathie satellite (axillaire/ inguinale) d’évolution traînante, avec risque de fistulisation • autres formes cliniques: • syndrome oculo-glandulaire de Parinaud • encéphalopathies convulsivantes (enfant) • endocardite à hemocultures négatives

  22. Maladie des griffes du chat (2) • Diagnostic: • interrogatoire déterminant • pas de signe biologique d’orientation • sérologie • PCR sur pus, prélèvements • Traitement: • indéterminé • sont généralement essayés des antibiotiques à diffusion cellulaire (cyclines, fluoroquinolones, macrolides, rifampicine) • ponctions ganglionnaires répétées, voire exérèse selon signes locaux

  23. Leptospirose (1) • bactérie spirillaire • L. interrogans, nombreux sérotypes (sérovars): • L. ictero-hemorragiae • L. grippo-typhosa • L. australis, canicola, pomona • rongeurs (cell tubulaires rénales), régions et périodes humides et chaudes • inoculation percutanée ou permuqueuse • contamination directe ou indirecte (80%) • facteurs de risque: • profession: agriculteurs, pisciculeurs, égoutiers, etc… • loisirs aquatiques

  24. Réservoir animal 25°C, pH 8 Eau contaminée Exposition muqueuse, brèche cutanée 2-30 j Sang, LCR + , Phase d’invasion, dissémination hématogène Urines + Expression clinique multiforme Ictéro-hémorragqiue, autres

  25. Leptospirose (2) • Forme ictéro-hémorragique: • fièvre (pfs sepsis grave), suffusion conjonctivale, myalgies, signes méningés • puis, ictère à bilirubine mixte, insuffisance rénale (pfs oligo-anurique), et de façon variable: signes pulmonaires, méningés, syndrome hémorragique, myocardite… • Défervescence à J7 et réascension thermique vers le 12-15ème jour • Formes anictériques: • Fièvre et myalgies • Hépatite • Méningite aseptique

  26. Leptospirose (3) • Diagnostic: • isolement bactério difficile • PCR sur sang (insuffisamment développé) • en pratique, sérologie • Traitement: • pénicilline G 150 000 UI /kg/j 7 à 10 j • alternative: doxycycline 200 mg/j 7 à 10 j • Préventif: • information (loisirs) • vaccination (/ 2 ans)