Download
slide1 n.
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
Hygiène des mains = mesure essentielle pour la prévention de la transmission croisée PowerPoint Presentation
Download Presentation
Hygiène des mains = mesure essentielle pour la prévention de la transmission croisée

Hygiène des mains = mesure essentielle pour la prévention de la transmission croisée

534 Views Download Presentation
Download Presentation

Hygiène des mains = mesure essentielle pour la prévention de la transmission croisée

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript

  1. Mise en place du projet « Observance zéro bijou »dans les établissements de santé et médico-sociauxGuide méthodologique2012

  2. Hygiène des mains = mesure essentielle pour la prévention de la transmission croisée • Pré-requis indispensable • pour une hygiène des mains efficace • Manches courtes ou relevées • Ne porter aucun bijou y compris montre et alliance • Ongles courts, sans vernis, sans faux ongles ni résine

  3. ContexteUne demande forte de la part des usagers • Etats Généraux des Infections Nosocomiales. Le Lien. Déclaration de Paris. 2007 • Le port d’un badge « demandez-moi si je me suis lavé les mains » sera mis en place dans tous les établissements de santé pour les personnels en contact avec des patients et cette mesure sera intégrée aux tableaux de bord des infections nosocomiales » • « Praticiens et soignants respecteront le principe de « tolérance zéro bijou »

  4. Contexte • Actions de promotion hygiène des mains régulièrement menées : • journée annuelle du 5 mai • Incitation par le ministère à l’utilisation de la charte d’engagement « Missions mains propres » 2008 • « développer une politique de « mains sans bijou » en incitant tous les professionnels soignants et leur encadrement à suivre cette règle » • Actions de formation sur le thème « hygiène des mains » • en formation initiale • en formation continue

  5. Constat • Observance globale de l’hygiène des mains est croissante  40,7%en 2005 57,1% en 2009 * • Progression de l’indicateur ICSHA • MAIS… Port de bijoux encore trop fréquent • Résistance forte au retrait des bijoux • Valeur affective et culturelle de l’alliance (engagement personnel) • Risque de contamination mal ou peu connu • Manque d’exemple des responsables hiérarchiques • Manque d’engagement institutionnel et professionnel • Absence d’évaluation régulière sur le sujet • * Audit GREPHH Hygiène des mains « Observance/pertinence » 2008-2009. Résultats CCLIN Sud-Ouest

  6. ContexteDes recommandations Le soignant doit avoir des ongles courts, sans faux ongles, ni résine et ne porter aucun bijou (y compris montre et alliance). Surveiller et prévenir les IAS. SFHH. Septembre 2010 Il est recommandé de ne porter ni montre, ni bijou, ni bague ou alliance. Hygiène des mains. SFHH. Juin 2009 Il est fortement recommandé de ne pas porter de bijoux (montre et alliance comprises), ni de faux ongles.Prévention de la transmission croisée : précautions complémentaires. SFHH. Avril 2009

  7. Le port de bijoux est associé à une plus forte contamination des mains y compris par des bactéries pathogènes Photos : CHRU Lille Des bijoux porteurs de germes

  8. Le port de bijoux est associé à une plus forte contamination des mains y compris par des bactéries pathogènes Photos : CHRU Lille Des bijoux porteurs de germes

  9. Risque lié au port de bijoux Il a été prouvé que le port de bijoux, y compris une alliance lisse, d’une montre au poignet ou de bracelets est associé à des contaminations persistantes des mains • Comptage d’UFC en moyenne10 fois plus élevés avec Staphylococcus aureus (bacilles gram négatifs, Candida spp) • Risque de contamination plus important à mesure que le nombre d'anneaux portés augmente : • 1 bague : OR = 2.6, >1 bague : OR = 4.6. • Le niveau de contamination augmente avec le nombre de bijoux portés pour la contamination par des bacilles à Gram négatif Trick WE, et Al Clin Infect Dis 2003 ;36(11):1383-90

  10. La longueur des ongles est corrélée avec la contamination des mains • Sont associés à une augmentation de la contamination des mains • La longueur des ongles > 2 millimètres • Le port d’anneaux (Rupp Fitzgerald T, 2008) • 1 mm ou moins étant la longueur associée à une moindre contamination. SF2H

  11. Des épidémies ont été associées à des écarts quant aux recommandations relatives aux ongles ongles longs, ongles portant des décorations ou du vernis  • Étude de cohorte de 15 mois suite à une épidémie d'infections et de colonisation à Pseudomonas aeruginosa dans une unité néonatale de soins intensifs • 439 nouveau-nés admis au cours de la période d'étude • 46 ont acquis Pseudomonas aeruginosa (10.5%) • 16 décès (35%) • Association retrouvée avec exposition à deux infirmières • Une portant des ongles longs naturels • Une portant des ongles longs artificiels Moolenaar RL, et al. 2000;21(2):80-5.

  12. Tous ces dispositifs diminuent l’efficacité du geste d’hygiène des mains • Avant le nettoyage avec du savon, 86% de PS avec les ongles artificiels étaient porteurs de MO pathogène (bacilles gram négatifs, Staphylococcus aureus, ou levures) Vs 35% témoins (P=0.003) • Une différence semblable a été notée avant la FHA (68% Faux ongles Vs 28% témoins) (P=0.03). • Davantage de PS porteurs d’ongles artificiels que de témoins étaient porteurs de MO pathogènes après hygiène des mains. • Ongles artificiels : 11% élimination des microbes pathogènes avec du savon Vs 38% avec le gel • Témoins : 14% avec du savon Vs à 80% avec le gel. McNeil S, et al C.. Clin Infect Dis 2001 ;32(3):367-72.

  13. « OBSERVANCE ZERO BIJOU »

  14. PROJET « OBSERVANCE ZERO BIJOU » • Projet vise à « Renforcer la prévention de la transmission croisée » dans les établissements de santé et médico-sociaux • Il complète • les actions déjà menées quant à la promotion de l’hygiène des mains et au suivi mensuel de la consommation des SHA • la journée thématique interrégionale CCLIN Sud-Ouest « Déshabillez-moi» menée le 5 mai 2011 • Il peut s’inscrire dans le programme régional d’actions élaboré par l’ARLIN • L’ ARLIN propose le projet et accompagne les établissements de santé et médico-sociaux dans sa mise en œuvre

  15. Projet doit être une démarche et une volonté institutionnelle • Il est soutenu par la commission médicale d’établissement ou la conférence médicale d’établissement, la direction, le coordonnateur général ou directeur des soins, la direction de la qualité et la coordination de la gestion des risques • Il est inscrit dans le programme annuel d’actions de lutte contre les infections associées aux soins • Il est un objectif prioritaire proposé dans les contrats de pôle ou de service • Il impose un engagement fort de tous les partenaires concernés • Il est mis en œuvre et piloté par l’EOH ou l’encadrement pour les établissements médico-sociaux • Les instituts de formation rattachés à l’établissement sont associés au projet

  16. Objectifs • Mettre en place une politique « Zéro bijou aux mains et aux poignets » dans les établissements de santé et médico-sociaux de la région • Optimiser la qualité de l’hygiène des mains en complément de l’observance et de la progression de l’utilisation des PHA • Proposer un outil méthodologique aux EOH et à l’encadrement

  17. Méthodologie Au niveau de l’établissement • Etablissement s’engage à signer la charte d’engagement « Missions mains propres » visant à développer une politique du zéro bijou dans l’établissement cosigné par le directeur, le président de la commission médicale d’établissement ou de la conférence médicale d’établissement et le coordonnateur général ou directeur des soins

  18. Méthodologie Au niveau de l’établissement • Politique du «zéro bijou» est une priorité à inscrire dans • Règlement intérieur de l’établissement (obligations relatives à la tenue de travail) • Livret d’accueil des nouveaux personnels • Fiche de postes de toutes les catégories de personnels • Charte des blocs opératoires • Protocole « hygiène des mains » validé et diffusé par l’établissement • Enseignements en formation initiale et/ou continue • Livret d’accueil des patients et des résidents

  19. Méthodologie Organisation • Désignation d’un coordonnateur de projet chargé de la mise en place et du suivi : membre de l’EOH ou de l’encadrement pour les établissements médico-sociaux • Constitution d’un groupe de travail chargé de définir la stratégie de mise en place • piloté par le coordonnateur du projet • groupe composé de cadre de santé, médecins, correspondants en hygiène, cadre formateur… • Stratégie de mise en place du projet doit être définie en fonction des objectifs fixés et tient compte des spécificités de l’établissement

  20. Différentes étapes du projet1ère étape : bilan de l’existant • Audit « Observance zéro bijou » • Obtenir un élément de référence en matière d’observance et d’indicateur de suivi • Quick audit (outil mis à disposition par le CCLIN Sud-Ouest) par observation directe «un jour donné» • à partir d’une grille de recueil • nombre de pôles et/ou services est défini par l’établissement • Réaliser éventuellement des prélèvements anonymes sur bijoux de personnels volontaires • À visée pédagogique • Outils pédagogiques • Déterminer les outils utilisés pour la mise en place et le suivi du projet • Diaporama, vidéo, affiches, caisson pédagogique…

  21. Validation du projetAu niveau de l’établissement • Coordonnateur du projet présente pour validation le projet à la commission médicale d’établissement ou la conférence médicale d’établissement, la direction • les objectifs du programme • l’état des lieux de l’établissement : résultats de l’audit • les ressources opérationnelles disponibles ou à mobiliser • les moyens de communication • la stratégie de mise en place • Présentation aux instituts de formation rattachés à l’établissement

  22. 2ème étape : Diffusion du projetPlan communication au niveau de l’établissement • Plan de communication doit être défini selon les modalités de chaque établissement afin de • favoriser la participation au projet • fixer les enjeux du projet • Diffusion large du projet lors de • réunion de la commission médicale d’établissement ou conférence médicale d’établissement ou direction • réunion de l’encadrement • réunion des correspondants en hygiène • journal interne de l’établissement • lettre d’information de l’établissement • institut de formation • affichage • site intranet… • Le projet peut être présenté au CHSCT

  23. 2ème étape : Diffusion du projetPlan communication au niveau des pôles et/ou services • Coordonnateur du projet : • Définit l’ordre dans lequel le projet sera proposé le projet • services à haut risque, ayant taux le plus faible en terme d’observance zéro bijou, services volontaires… • Prend contact avec les responsables de chaque pôle ouservice (médecin chef, cadre supérieur, cadre de santé) et planifie une réunion où un représentant de chaque catégorie professionnelle est invité à participer • Fait un rappel sur l’hygiène des mains et le risque lié au port de bijoux

  24. 2ème étape : Diffusion du projetPlan communication au niveau des pôles et/ou services • Coordonnateur du projet présente : • l’état des lieux de l’établissement : résultats de l’audit et des prélèvements • le projet : objectifs, enjeux, modalités d’implantation et de suivi • les outils pédagogiques : diaporama, affiche, outils CCLIN Sud-Ouest et/ou outils internes à l’établissement • Coordonnateur du projet définit : • en accord avec le pôle ou service le calendrier et les modalités de mise en œuvre du projet

  25. Implantation au niveau du pôle ou service • Les responsables du pôle ou service : chef de pôle, chef de service, cadre supérieur de santé, cadre de santé s’engagent à signer la charte d’engagement « Missions mains propres » visant à développer une politique du zéro bijou Objectif attendu :100% d’observance « zéro bijou » pour tous les professionnels • Ce projet peut être inscrit dans les objectifs du pôle et /ou service • Les signataires de la charte s’engagent à être « un modèle » pour tous les membres de l’équipe

  26. Implantation au niveau du pôle ou service • Responsable médical et encadrement du pôle ou service • Informent l’ensemble du personnel du projet • Mobilisent les professionnels autour du projet et de ses objectifs • S’assurent des conditions favorables à la mise en place du projet • Se portent garant de l’aboutissement du projet

  27. Suivi du projet • Suivi en collaboration avec • Responsable(s) du pôle ou service • Cadre(s) de santé • EOH • Dans chaque pôle ou service • Cadre supérieur de santé veille à la pérennisation du projet en interface avec le chef de pôle ou de service, les médecins et le(s) cadre(s) de santé • Un point d’étape sur l’observance réunissant médecins et encadrement est formalisé mensuellement et lors des réunions du conseil de pôle

  28. Suivi du projet • Dans le service le cadre de santé • accompagne et motive l’équipe dans l’observance du zéro bijou en collaboration avec le(s) correspondant(s) en hygiène • rappel de la consigne • discussion lors des réunions • analyse les difficultés et/ou freins rencontrés dans l’application du « zéro bijou » • fait appel si besoin à l’EOH pour définir les réajustements nécessaires • informetout nouvel agent lors de l’entretien d’accueil dans le service • inclut l’observance « zéro bijou » dans l’entretien annuel d’évaluation de chaque professionnel

  29. Suivi du projet • Coordonnateur du projet • Point de suivi lors des réunions d’encadrement et correspondants • Programme et réalise semestriellement un quick audit • Présente les résultats • aux instances de l’établissement (réunion annuelle) • aux personnels d’encadrement • aux correspondants en hygiène • Affichage des résultats est définit au niveau de l’établissement • affiche, journal interne de l’établissement, intranet… • Élabore en fonction des résultats obtenus, en concertation avec les responsables de pôle ou de services, les mesures correctives à mettre en place et assure leur suivi

  30. Evaluation • Evaluation par quick audit • Première évaluation • 6 mois après mise en place du projet • Evaluation annuelle • dès l’obtention d’un taux d’observance ≥ 80%

  31. Indicateurs de résultats • Au niveau régional • Pourcentage annuel d’établissements ayant mis en place la politique « Observance zéro bijou » • Recueil des données à partird’une fiche à adresser à l’ARLIN • Au niveau de l’établissement • Pourcentage de pôles ou services ayant mis en place la politique « Observance zéro bijou » • Au niveau du pôle ou service • Pourcentage de professionnels par pôle ou service respectant « Observance zéro bijou »

  32. Proposition de retro planning pour la conduite du projet J + 3 mois J + 12 mois J J + 2 mois J + 4 mois J + 6 mois J + 1 mois Engagement institutionnel Communication sur le projet Proposition du projet aux pôles et/ou services Réalisation bilan de l’existant : quick audit Evaluation par quick audit Mise en place du groupe de travail Elaboration de la stratégie de mise en place Présentation du bilan aux instances Validation de la mise en place du projet Mise en place du projet

  33. Audit« Observance zéro bijou »

  34. QUICK AUDIT : ZERO BIJOU Grille de recueil Catégorie professionnelle :  IDE  Médecin  Cadre  Sage-femme  AS ASH  Aux. Puériculture  Manipulateur en radio  Kiné  Etudiant  Autre ZERO BIJOU :  Oui  NonSi non :  Alliance  Bague  Montre  Bracelet Ongles courts et sans vernis et sans faux ongles :  Oui  Non Catégorie professionnelle :  IDE  Médecin  Cadre  Sage-femme  AS ASH  Aux. Puériculture  Manipulateur en radio  Kiné  Etudiant  Autre ZERO BIJOU :  Oui  NonSi non :  Alliance  Bague  Montre  Bracelet Ongles courts et sans vernis et sans faux ongles :  Oui  Non

  35. Fiche de recueil « Observance Zéro bijou »Année 2012 Etablissement :……………………………………………………………………………………… Ville :…………………………………………………………………………………………………. Coordonnateur du projet NOM – Prénom ……………………………………………………………………………….. Fonction :………………………………………………………………………………………… Téléphone : __/__/__/__/__/ E mail :………………………………………………….. L’établissement a mis en place le projet « Observance zéro bijou » oui  non  Date d’implantation du projet : …………………. Fiche à retourner à ARLIN…………

  36. Elaboration du projet • Elisabeth GALY, cadre supérieur de santé, ARLIN Midi-Pyrénées • Groupe de travail • Félicia DECAMPS, cadre supérieur de santé hygiéniste, CH Tarbes • Anne-Marie DESTRUEL, cadre de santé hygiéniste, CH Pau • Martine LERE, cadre de santé hygiéniste, CHU Toulouse • Josyane NAVARRE, infirmière hygiéniste, CH Saint-Gaudens