Enseigner l’orthographe au Cycle 3 - PowerPoint PPT Presentation

enseigner l orthographe au cycle 3 n.
Download
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
Enseigner l’orthographe au Cycle 3 PowerPoint Presentation
Download Presentation
Enseigner l’orthographe au Cycle 3

play fullscreen
1 / 16
Enseigner l’orthographe au Cycle 3
174 Views
Download Presentation
starbuck
Download Presentation

Enseigner l’orthographe au Cycle 3

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript

  1. Enseigner l’orthographe au Cycle 3 Jean Luc Despretz CPC Landivisiau 2014 D’après les travaux de André Ouzoulias, Renée Léon, Françoise Picot, Danièle Cogis

  2. Rendre l’apprentissage de l’orthographe plus dynamique Associer étude de la langue et usage de la langue (oral et écrit) Permettre un retour réflexif sur les connaissances Objectifs Impliquer l’élève dans les activités

  3. Cinq principes de base Différencier connaissance et mise en œuvre Distinguer mémorisation et analyse Etablir une progression véritable Pratiquer une évaluation positive Proposer des activités qui engagent les élèves intellectuellement Des activités à mener dans trois directions complémentaires Programme

  4. 1-Différencier connaissance et mise en œuvre Constats Les élèves réussissent correctement les exercices mais ne réinvestissent pas leurs connaissances dans les écrits. En production, le jeune enfant ne dispose pas des ressources cognitives permettant une conduite parallèle de toutes les tâches : recherche d’idées, élaboration de phrases, orthographe des mots, respect des règles, relecture pour corriger ou améliorer … La mise en œuvre des connaissances ne se fait pas en lien direct Cinq principes de base

  5. 1-Différencier connaissance et mise en œuvre Cinq principes de base Les activités proposées en dernière partie répondent à ces objectifs

  6. 2-Distinguer mémorisation et analyse Peu de mots s’écrivent comme ils se prononcent Pourquoi pas « berso » au lieu de « berceau » ? Cinq principes de base • Orthographe lexicale • Plusieurs facteurs rendent compliquée la mémorisation des mots • La fréquence du mot • La fréquence des correspondances phonèmes graphèmes • Le nombre de graphèmes potentiels • Les lettres muettes • La distinction graphique des homophones

  7. 2-Distinguer mémorisation et analyse Cinq principes de base • Orthographe lexicale • Comment favoriser cette mémorisation ? • Choisir les mots à apprendre : mots imagés, mots utiles, mots fréquents • Manipuler les mots : classer, catégoriser, distinguer des indices pertinents • Analyser les mots : familles, morphologie, suffixes, préfixes, prononciation, particularité …

  8. 2-Distinguer mémorisation et analyse Cinq principes de base • Orthographe grammaticale • Variations en nombre d’un mot (chaînes d’accord) • Variations souvent inaudibles : chante – chantent • Au moment de l’écriture, l’élève doit • catégoriser le mot (identifier sa nature) • analyser le contexte • Il ne suffit pas de connaître la règle, il faut d’abord reconnaître le mot dans la phrase puis trouver avec quoi il s’accorde.

  9. 3-Etablir une progression véritable Cinq principes de base Du début du cycle 2 à la fin du cycle 3 Prendre son tempsAller du simple au compliquéVoir moins de choses mais plus en profondeur Réinvestir en C3 des notions déjà apprises en C2

  10. 4-Pratiquer une évaluation positive Cinq principes de base • Posture de l’enseignant • Oser une évaluation différente qui tient compte des réussites • Ne pas évaluer tout le temps (ex : dictée à considérer avant tout comme un entraînement) • Essayer de comprendre l’erreur et la logique de pensée des élèves Document : entretiens d’explicitation Phrase donnée, dictée négociée, APC …

  11. 4-Pratiquer une évaluation positive Cinq principes de base 3 dimensions pour évaluer les progrès en orthographe Exemple de dictée diagnostique – F Picot

  12. 5-Proposer des activités qui engagent les élèves Cinq principes de base Attention aux malentendus • La fausse activité • Un élève qui lève le doigt, écrit, exécute la tâche demandée, qui semble appliqué n’est pas nécessairement mobilisé sur une tâche intellectuelle. • Les faux fuyants • - La réponse mécanique collective à une question posée (question à trou de l’enseignant) • La recherche orale d’une réponse (l’élève devine) : la rectification est plus une adaptation au maître qu’un véritable raisonnement • Les exercices qui appellent une réponse « mécanique » où l’activité apparente masque l’activité intellectuelle

  13. 5-Proposer des activités qui engagent les élèves Cinq principes de base On ne peut pas toujours forcer un élève à s’investir dans la réflexion mais on peut agir sur les situations. Le classement Classe les noms suivants selon leur genre dans le tableau ci-dessous Aucun défi : tableau préformé, classe des mots donnée, (noms), classement fourni. La simplification est un leurre : elle n’aide pas l’élève à se poser les questions qu’il a justement besoin de se poser quand il écrit. Il faut modifier la tâche, la rendre plus dense, proposer une consigne ouverte, introduire des intrus, lancer un défi. Exemple : rajoute un déterminant et un adjectif, puis classe les groupes obtenus : carafe, glace, marteau, page, clou, voile, photographe..

  14. 5-Proposer des activités qui engagent les élèves Cinq principes de base On ne peut pas toujours forcer un élève à s’investir dans la réflexion mais on peut agir sur les situations. La justification écrite et individuelle Pourquoi ? C’est une activité intellectuellement exigeante mais elle offre un espace de réflexion silencieuse et un temps de concentration La confrontation orale après une recherche Pas une simple correction mais bien une confrontation collective : langage explicite, ajustements, argumentations, retours aux savoirs. On peut raisonner en orthographe. La formulation des conclusions La règle Rédiger une synthèse collective qui prend en compte les formulations des élèves = simplifier.

  15. 5-Proposer des activités qui engagent les élèves Cinq principes de base On ne peut pas toujours forcer un élève à s’investir dans la réflexion mais on peut agir sur les situations. • Le bilan : étape indispensable (et souvent « oubliée ») • - vise un apprentissage durable • facilite le suivi du travail, le lien avec l’écrit, le renforcement des connaissances • permet le transfert à des situations similaires (recherche possible des propriétés et d’exemples) • Qu’a-t-on appris ? Comment peut-on le dire ? Comment a-t-on fait pour arriver à ce résultat ? Quels obstacles a-t-on surmontés ? A quoi peut servir ce qu’on a appris ? A quoi faut-il faire attention ? Que devra t-on vérifier la prochaine fois ?

  16. Activités à mener dans 3 directions