contr le m dico sportif et secourisme n.
Download
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
CONTRÔLE MÉDICO-SPORTIF ET SECOURISME PowerPoint Presentation
Download Presentation
CONTRÔLE MÉDICO-SPORTIF ET SECOURISME

play fullscreen
1 / 23

CONTRÔLE MÉDICO-SPORTIF ET SECOURISME

266 Views Download Presentation
Download Presentation

CONTRÔLE MÉDICO-SPORTIF ET SECOURISME

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript

  1. CONTRÔLE MÉDICO-SPORTIF ET SECOURISME Dr HABCHI N.

  2. 1-BLESSURES À LA TÊTE2-Les antidépresseurs dans le football professionnel

  3. Comment éviter les blessures à la tête ? • La blessure la plus courante, aussi bien dans le football masculin que dans le football féminin, est la contusion des membres inférieurs • Mais celle qui est particulièrement problématique dans tous les sports de contact est la blessure à la tête. • elle résulte souvent de techniques de jeu incorrectes • et peut être en partie évitée par: • l’utilisation des bonnes techniques, • des soins médicaux appropriés • et le respect des Lois du Jeu.

  4. TYPES DE BLESSURES • les contusions (bosses) • écorchures, • les blessures dentaires, • les blessures oculaires (par ex. décollement de la rétine), • les lacérations (coupures), • les fractures • 7. les commotions cérébrales qui entraînent des troubles de la mémoire, de la concentration.

  5. LES COMMOTIONS CÉRÉBRALES • Il s’agit d’une « détérioration post-traumatique transitoire de la fonction cérébrale ». • Elle n’implique pas obligatoirement une perte de conscience. • Elle peut occasionner temporairement une sensation d’hébétude, une perte de la notion d’espace et de temps. D’autres symptômes typiques sont les céphalées, les vertiges, les nausées, les troubles de l’équilibre. • Une grave céphalée ou une perte de connaissance peut indiquer une commotion cérébrale

  6. LES COMMOTIONS CEREBRALES CHEZ LES DEUX SEXES • La plupart des commotions sont dues à un choc de la tête contre une tête, un coude, le sol ou un autre objet dur tel qu’un pied, un genou, un poteau ou autre. • Chez les femmes, les cas les plus fréquents sont les chocs entre têtes; • chez les hommes, ce sont les chocs entre tête et coude. • Par conséquent, le Centre d’Evaluation et de Recherche Médicale (F-MARC) recommande de modifier les Lois du Jeu de manière à sanctionner les coups de coude d’un carton rouge

  7. Chez les hommes, la deuxième blessure à la tête la plus fréquente est la lacération tandis que chez les femmes, il s’agit de la commotion cérébrale. • Chez les hommes, la commotion n’arrive qu’en quatrième position. • Selon certaines études, le taux de commotion est près de 2,5 fois plus élevé chez les femmes que chez les hommes

  8. ROLE DE L ENTRAINEUR • Deux aspects de la commotion nécessitent une attention particulière danslefootball : • L’IDENTIFICATION DE LA PRÉSENCE D’UNE BLESSURE • ET LE MOMENT OÙ LE JOUEUR EST AUTORISÉ À REPRENDRE LE JEU.

  9. LE JEU AÉRIEN • Certains joueurs sont spécialistes du jeu aérien et le privilégient tandis que d’autres auront tendance à l’éviter • Avant de toucher le ballon de la tête, vous contractez les muscles de votre cou qui relient la tête au tronc afin d’opposer une forte résistance à la masse du ballon. • Puis vous devez temporiser en fonction de la rapidité et de la trajectoire du ballon tout en courant (vers l’avant, vers l’arrière ou le côté) ou en sautant (sur un ou deux pieds), en essayant d’anticiper la réaction de l’adversaire avant de toucher le ballon de la tête

  10. L’idée répandue selon laquelle la commotion s’accompagne obligatoirement d’une perte de conscience est fausse. • Les définitions médicales font état d’une « détérioration transitoire de la fonction cérébrale », • laquelle peut être provoquée par un choc, pas toujours à la tête. • Si vous voyez donc deux joueurs se cogner la tête et si l’une d’entre eux S’EFFONDRE ET NE FAIT PLUS ATTENTION À CE QUI SE PASSE AUTOUR DE LUI, il est probable qu’il souffre d’une commotion cérébrale.

  11. En cas de doute, laissez la blessée sur le banc • le mot d’ordre pour les entraîneurs et les joueurs est « en cas de doute, laissez le blessé sur le banc ! ».

  12. Tableau Problèmes possibles rapportés après une commotion

  13. Les antidépresseurs dans le football professionnel

  14. Les maladies mentales (psychiatriques) et le sport de haut niveau ne s’excluent pas mutuellement. • Les sportifs peuvent réaliser des performances de haut niveau en dépit de certaines formes de maladie mentale.

  15. Dépression • La dépression est une des maladies mentales les plus fréquentes. Sa prévalence parmi les personnes qui pratiquent un sport à titre de loisir semble inférieure à la moyenne générale,maison ne dispose pas de données pour le sportd’élite. • Toutefois, le suicide du footballeur international allemand Robert Enke, en novembre 2009,a lancé le débat sur la dépression dans le sport d’élite, notamment dans le football professionnel.

  16. ANTIDEPRESSEURS • Les données disponibles suggèrent que les abus, par exemple le fait de prendre des antidépresseurs comme neuro-stimulants, ne constituent pas un problème dans le football professionnel. • Considérée par certains comme un dopage du cerveau, l’utilisation de drogues psychotropes viserait à améliorer de manière durable les capacités mentales comme la vivacité, la concentration, l’apprentissage et la mémoire.

  17. Quels sont les antidépresseurs utilises comme des neuro-stimulants? • Inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRS)(par exemple la fluoxétine) augmentent la concentrationdesérotonine dans le cerveau, ce qui a plusieurs effets. La sérotonine sert notamment de neurotransmetteur dans le système nerveux central et peut avoir un effet sur l’humeur, par exemple, d’où son nom d’hormone du bonheur • Antidépresseurs tricycliques

  18. Apres le suicide du footballeur international allemand Robert Enke, en novembre 2009. • Un groupe allemand a fais une étude analytique spécifique au football, qui a été mandatée et soutenue par le groupe de travail scientifique de la Fédération allemande de football (DFB) par le biais de l’Institut de biochimie de l’Université allemande du sport, à Cologne

  19. RÉSULTATS • le groupe de travail scientifique du DFB a chargé d’analyser les résultats des contrôles antidopage (analyses d’urine) effectués et d’examiner en particulier l’utilisation d’antidépresseurs dans le football. • La présence d’antidépresseurs n’a été établie que dans 0,31% des quelque 83 000 échantillons d’urine. Et ce pourcentage s’est réduit de plus de la moitié chez les footballeurs (0,14%). • Aucune différence n’a été constatée entre le football professionnel allemand et le football professionnel international

  20. Inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRS)=(74%) Les plus utilisés hormone de bonheur= augmente la concentration….etc • les antidépresseurs tricycliques=(13%) moin utilises car un des ses effets secondaires est la prise de poids

  21. Considérée par certains comme un dopage du cerveau, l’utilisation de drogues psychotropes viserait à améliorer de manière durable les capacités mentales comme la vivacité, la concentration, l’apprentissage et la mémoire. • Après la fin de sa carrière sportive et vers l âge de 45 ans le footballeur trouve des troubles de concentration de mémoire et d humeur en comparaison avec les témoins non sportifs de même âge • Donc ces antidépresseurs vont accélérer l apparition des troubles psychotropes .

  22. Conclusion • Les antidépresseurs doivent être prescrits sous contrôle médical et ne doivent pas être utilisés – ou plutôt détournés – en tant que neuro-stimulants. • Il n’en reste pas moins que les antidépresseurs peuvent aider les sportifs souffrant de dépression à poursuivre avec succès leur carrière sportive. Mais sous control