Concepts de base d’une Gérontologie pratique - PowerPoint PPT Presentation

concepts de base d une g rontologie pratique n.
Download
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
Concepts de base d’une Gérontologie pratique PowerPoint Presentation
Download Presentation
Concepts de base d’une Gérontologie pratique

play fullscreen
1 / 139
Concepts de base d’une Gérontologie pratique
124 Views
Download Presentation
garin
Download Presentation

Concepts de base d’une Gérontologie pratique

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript

  1. Centre Hospitalier Universitaire de Nice G A I M BENE SENESCERE Pôle de Gérontologie C.H.U.N. - Hôpital de Cimiez InstitutdeGérontologie desAlpesMaritimes Concepts de based’une Gérontologie pratique A. Gary avec la collaboration de : J. Casali,D. Balas, P. Pras J. Saos, … Pôle de Gérontologie Hôpital de Cimiez, C.H.U. Nice

  2. Concepts de based’une Gérontologie pratique • La personne • L’autonomie • La perte d’autonomie • La dépendance

  3. La personne âgée n’est pas différente de l’adulte plus jeune en ce sens que nous sommes tous des êtres complexes, multidimensionnels avec trois dimensions fondamentales : une dimension physique  une dimension psychique une dimension sociale Sommaire I - La personne

  4. Trois dimensions fondamentales de la personne I - La personne  Physique Psychique Sociale

  5. Une dimension physique : le corps avec sa physiologie son métabolisme son homéostasie… dont l’intégrité ou l’efficience va permettre au sujet de mobiliser les capacités physiques nécessaires I - La personne

  6. La dimension psychique avec ses composantes cognitive affective culturelle philosophique et spirituelle dont l’intégrité ou l’efficience va permettre au sujet de mobiliser les capacités psychiques nécessaires I - La personne

  7. La dimension sociale dont l’efficience va permettre au sujet de mobiliser les capacités sociales nécessaires afin : de maîtriser et d’utiliser les disponibilités de l’environnement dans lequel il évolue ; de modifier cet environnement pour l’adapter à ses besoins. Cette dimension est propre à chaque individu : deux individus évoluant dans un même environnement n’ont pas la même maîtrise de cet environnement, chacun l’exploite à sa manière. I - La personne Etre en capacité de faire

  8. L’intégrité de chacune de ces trois dimensions permet au sujet de posséder de pleines capacités physiques, psychiques et sociales  I - La personne Physique Psychique Sociale

  9. Ces trois dimensions sont intimement intriquées l’une avec l’autre. Il est souvent difficile, lorsqu’on observe le comportement d’un sujet, de faire la part de ce qui relève de la dimension physique, de la dimension psychique ou de la dimension sociale. Ce que l’on observe, c’est la mobilisation simultanée de l’ensemble de ces capacités, à des degrés variables pour chacune d’entre elles selon le type d’activité I - La personne Etre en capacité de faire

  10. Physique Psychique Sociale Efficience Capacité

  11. La mobilisation simultanée par le sujet de l’ensemble de ses capacités physiques, psychiques et sociales lui confère une capacité globale, une aptitude à faire. Lorsque ce sujet mobilise cette capacité globale pour faire telle ou telle activité, dans un environnement donné, il exerce alors des comportements d’autonomie I - La personne

  12. Définition - généralités Etre en capacité Importance de l’environnement Un acte volontaire Pour conclure Sommaire II - L’autonomie

  13. Définition- généralités L’autonomie est l’expression de la capacité d’un individu de se gouverner lui-même, dans un environnement donné. Elle est ce qu’il fait seul, de sa propre initiative, dans un environnement donné. II - L’autonomie 

  14. en un mot Etre autonome = faire II - L’autonomie  Définition - généralités

  15. L’autonomie qu’exerce une personne ( = « je fais ») nécessite la réunion de trois conditions : être en capacité de faire, d’agir = « je peux faire » être dans un environnement favorable = « j’ai la liberté de faire » Un acte volontaire = « je veux faire », « je ne veux pas faire » II - L’autonomie Définition - généralités

  16. AUTONOMIE II - L’autonomie Première condition nécessaire à l’exercice de l’autonomie : capacité

  17. Etre en capacité de faire  L’autonomie d’un individu est le témoignage, sinon de l’intégrité, du moins de l’équilibre harmonieux de la mobilisation de ses capacités physiques, psychiques et sociales II - L’autonomie

  18. Des capacités physiques, psychiques et sociales parfaites donnent au sujet qui en bénéficie une capacité globale optimum le rendant apte pour un large panel de comportements d’autonomie. Une autonomie donnée, ne nécessite pas la mobilisation des pleines capacités physiques, psychiques et sociales du sujet qui l’exerce. II - L’autonomie Etre en capacité de faire

  19. Une autonomie peut ne pas être menacée par une incapacité, physique par exemple, grâce à une mobilisation accrue des capacités psychiques et/ou sociales pour la compenser. II - L’autonomie C’est l’équilibre harmonieux de ces trois dimensions met le sujet en capacité globale de faire ( « je peux faire » ), et son autonomie (« je fais » ) est l’expression de cette capacité sous réserve des conditions suivantes. Physique Psychique Sociale Etre en capacité de faire

  20. AUTONOMIE II - L’autonomie capacité environnement favorable acte volontaire

  21. Deuxième condition nécessaire à l’exercice de l’autonomie : capacité AUTONOMIE II - L’autonomie environnement favorable

  22. Etre dans un environnement favorable  L’environnement dans lequel nous évoluons est représenté : Par l’environnement matériel Par l’environnement humain, la société avec ses règles et ses lois, ses valeurs culturelles…   II - L’autonomie

  23. L’environnement possède un certain nombre de ressources ou met à notre disposition telles ou telles disponibilités. Ainsi, nous puisons dans cet environnement les moyens de nos actions. II - L’autonomie Un environnement favorable

  24. Nous sommes donc tous dépendants de l’environnement dans lequel nous sommes pour exercer notre autonomie. L’autonomie n’est donc pas synonyme d’indépendance. Par contre, nous pouvons avoir une volonté d’indépendance vis à vis d’autrui, mais pouvons-nous réellement être indépendant ?   II - L’autonomie Un environnement favorable

  25. Autonomie =/= indépendance II - L’autonomie L’indépendance n’existe pas, elle est un leurre Un environnement favorable

  26. Il en découle une autre façon de définir l’autonomie, certainement la première à avoir à l’esprit qui est la suivante : Etre autonome = avoir la liberté de faire La liberté, c’est à dire l’absence de contrainte, fait intimement partie de la définition de l’autonomie d’une personne.   II - L’autonomie Un environnement favorable

  27. Troisième condition nécessaire à l’exercice de l’autonomie : capacité AUTONOMIE environnement favorable II - L’autonomie acte volontaire

  28. Un acte volontaire Ainsi, le sujet étant dans un environnement favorable et ayant la capacité de faire, n’a plus qu’à prendre sa décision : Je « veux faire », il fait = il est autonome. Je « ne veux pas faire », il ne fait pas = il reste autonome. Dans ce cas, le « non faire » est un comportement d’autonomie. II - L’autonomie

  29. Il en découle une autre façon de définir l’autonomie qui est la suivante : Etre autonome = faire un choix réfléchi Permettre à une personne d’être autonome dans une alternative, c’est l’informer exactement de tous les avantages et de tous les risques de ses choix. Etre autonome = faire un choix éclairé II - L’autonomie Acte volontaire

  30. Pour conclure L’autonomie est le comportement spontané d’un sujet dans un environnement donné. L’autonomie témoigne : Des capacités du sujet. Des disponibilités de l’environnement dans lequel il évolue, de son espace de liberté. De l’initiative du sujet en tant qu’acte volontaire, jusque dans le « non faire ». II - L’autonomie

  31. L’autonomie qu’exerce une personne ( = « je fais ») nécessite la réunion de trois conditions : capacité « je peux faire » AUTONOMIE « je fais » environnement favorable Acte volontaire « je suis libre de faire » « je veux faire » « je ne veux pas faire » II - L’autonomie Définition - généralités

  32. Physique Psychique Sociale Environnement : espace de liberté et de contraintes Autonomie II - L’autonomie J’ai la liberté de faire Je peux faire Efficience Capacité « Je fais » car: je le peux, j’en ai la liberté, Je le veux

  33. L’autonomie peut et doit être qualifiée, et l’on peut parler d’autonomie II - L’autonomie Physique Psychique Sociale Pour conclure

  34. Lorsqu’on dit d’un sujet qu’il est autonome, sans autre qualificatif, cela veut dire qu’il est globalement autonome et qu’il présente physique et psychique une autonomie et sociale II - L’autonomie Pour conclure

  35. Lorsque l’on parle de l’autonomie d’une personne, on fait toujours référence à l’environnement dans lequel elle est à un temps t donné : physique psychique autonomie sociale II - L’autonomie ici et maintenant là, à telle date Pour conclure

  36. III - La perte d’autonomie Sommaire • Définition • La dimension temporelle de la personne • Le vieillissement physiologique • La non utilisation • La maladie • L’environnement • La séquence de Wood • Le concept de fragilité • Cinq grands risques • Situation symptôme – situation pathogène • Trois modes de vieillissement • Pour conclure

  37. Définition Elle répond à celle de l’autonomie, en négatif. En deux mots :   Etre en perte d’autonome = ne plus faire III - La perte d’autonomie 

  38. Il suffit de ne plus remplir l’une des trois conditions nécessaires à l’exercice de l’autonomie, soit capacité PERTE D’AUTONOMIE AUTONOMIE environnement favorable initiative III - La perte d’autonomie 

  39. Il suffit de ne plus remplir l’une des trois conditions nécessaires à l’exercice de l’autonomie, ou bien capacité PERTE D’AUTONOMIE AUTONOMIE environnement favorable initiative III - La perte d’autonomie 

  40. Il suffit de ne plus remplir l’une des trois conditions nécessaires à l’exercice de l’autonomie, ou encore capacité PERTE D’AUTONOMIE AUTONOMIE environnement favorable initiative III - La perte d’autonomie 

  41. La perte d’autonomie, dont l’installation peut se faire sur un mode : aigu plus ou moins rapidement progressif ou très lent est le témoignage d’un déséquilibre résultant : de l’altération des capacités du sujet prenant de l’âge et d’un environnement devenant de moins en moins favorable à des temps t donnés du fait de l’action simultanée ou successive de plusieurs facteurs au cours du temps. III - La perte d’autonomie 

  42. La dimension temporelle de la personne III - La perte d’autonomie  • S’il y a un temps absolu, commun à tous, qui se compte en années, et dont dépend un facteur qui est le vieillissement physiologique, devant lequel nous sommes tous égaux ; • ce temps se charge d’évènements propres à chaque individu, lequel a son histoire, unique, si bien que ce temps absolu vécu , ce temps individuel, devient incomparable et fait partie de la personne. Ainsi on peut parler de véritable quatrième dimension de l’être humain en individualisant une dimension temporelle.

  43. III - La perte d’autonomie  • Ce temps individuel est coloré par une succession d’évènements qui enrichissent la vie d’un être vieillissant, et si nous devons caractériser le sujet âgé pour dire sa différence par rapport à l’adulte plus jeune, c’est la considérer avant tout comme un être plus riche de toute une expérience. Dimension temporelle de la personne

  44. III - La perte d’autonomie  • Maisd’autres évènements vont par leur influence néfaste accélérer le vieillissement physiologique, et l’on parle alors de vieillissement pathologique. • Ces évènements péjoratifs peuvent être regroupés, selon leur mécanisme étiopathogénique, en trois rubriques : • La « non utilisation » • La maladie • L’environnement Dimension temporelle de la personne

  45. III - La perte d’autonomie  Ainsi, quatre facteurs vont influencer l’évolution d’un individu au cours du temps : • Le vieillissement physiologique • La « non utilisation » • La maladie • L’environnement Dimension temporelle de la personne

  46. quatre facteurs qui vont agir simultanément sur la personne dans sa globalité et sur chacune de ses dimensions : Le vieillissement La non utilisation La maladie L’environnement III - La perte d’autonomie  Physique Psychique Sociale Dimension temporelle de la personne

  47. le temps Physique Physique Psychique Psychique Physique Physique Psychique Psychique Incapacité partielle Incapacité totale Capacité totale Sociale Sociale Physique Physique Psychique Psychique Sociale Sociale Sociale Sociale III - La perte d’autonomie  Dimension temporelle de la personne

  48. III - La perte d’autonomie  Parmi ces quatre facteurs qui influencent l’évolution d’un individu au cours du temps, abordons maintenant : • Le vieillissement physiologique • La « non utilisation » • La maladie • L’environnement Le vieillissement physiologique

  49. Généralités III - La perte d’autonomie  • Le vieillissement physiologique est le vieillissement normal de tout être vivant. • C’est l’évolution du vivant au cours du temps (absolu). • Il détermine l’espérance de vie maximale qui est spécifique à chaque espèce animale. • l’espérance de vie maximale de l’espèce humaine serait de 130 ans environ s’il n’y avait que le vieillissement physiologique qui intervienne. Le vieillissement physiologique

  50. Généralités III - La perte d’autonomie  • C’est un phénomène normal, à ne pas confondre avec une maladie. • C’est un phénomène lent, progressif et irréversible. • Il réalise une diminution de la masse maigre qui va se traduire par une amputation fonctionnelle portant principalement sur la part excédentaire, par une réduction progressive des capacités fonctionnelles maximales. Le vieillissement physiologique