Le comportement des volailles - PowerPoint PPT Presentation

le comportement des volailles n.
Download
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
Le comportement des volailles PowerPoint Presentation
Download Presentation
Le comportement des volailles

play fullscreen
1 / 51
Le comportement des volailles
484 Views
Download Presentation
ostinmannual
Download Presentation

Le comportement des volailles

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript

  1. Le comportement des volailles Dorothée Bizeray-Filoche– Institut Polytechnique LaSalle Beauvais

  2. Objectifs de la présentation • Comprendre comment le comportement d'un animal est impliqué dans la réussite d'une conduite d'élevage • Découvrir que des problèmes de comportement peuvent signifier une difficulté de l'animal à s'adapter et que cela peut mettre en péril une production • Se rendre compte que l'éthologie peut résoudre bien des problèmes…

  3. Pourquoi s'intéresser au comportement des volailles ? • Relation éloignée entre l'éleveur et ses animaux • Éloignement accentué dans le cas des volailles • Nombreux problèmes de comportement qui peuvent affecter la production

  4. D’où vient le poulet d'élevage ? • -150 MA : Archéoptéryx • - 3200 ans : domestication de la poule de jungle en Malaisie (Red jungle fowl) • Vivait en petits groupes (1 ♂, 2- 3 ♀) • Début XXème s : spécialisation des races • Depuis 50 ans : intensification

  5. Pourquoi avoir domestiqué Gallus gallus ? Croissance rapide Fort instinct grégaire Domestication Reproduction facile Réactivité à l'homme réduite

  6. Sélection des caractères de production • Depuis 50 ans, sélection intensive et réfléchie sur les caractères de production • Obtention de lignées hyperspécialisées • Poulets de chair • Poules pondeuses

  7. Systèmes d'élevage des volailles • Très grands groupes d'animaux (1/2) • 2 types : • Bâtiment en claustration • Avec accès parcours

  8. Systèmes d'élevage des volailles • Très grands groupes d'animaux (2/2) • Descriptif : • Litière + mangeoires + abreuvoirs • Jusqu'à 25 000 animaux • Densité très forte (20-25 animaux/m²) • Si parcours ou volière : • Trappes pour aller à l'extérieur

  9. Systèmes d'élevage des volailles • En cage • Poules pondeuses : • Cage conventionnelle autorisée jusqu'en 2012 • À partir 2012 : cage aménagée ou sol ou plein air • Canards à gaver • Cages individuelles interdites

  10. Systèmes d'élevage des volailles • Dans tous les cas • Environnement physique • Fortes densités ou espace restreint • Milieu très homogène et pauvre • 1 seul aliment • Environnement social • Pas de mère (apprentissage) • Homogénéité des individus (1 seul sexe, 1 seul âge) • Très grand groupe ou isolement

  11. Les problèmes de comportement en élevage • La sélection (consciente ou inconsciente) a fait que la majorité des animaux sont aujourd'hui capables de s'adapter aux conditions d'élevages • Mais dans certains cas, on se trouve à la limite des capacités d'adaptation des animaux  problèmes !

  12. Les problèmes de comportement en élevage • En parallèle de la sélection, les capacités d'adaptation des animaux ont diminué et leur comportement a évolué • Poulet de chair : • Augmentation de la sensibilité aux maladies et de l'appétit • Diminution libido, activité et agressivité • Poules pondeuses : • Augmentation agressivité, nervosité, picage, stéréotypies

  13. Déviations comportementales évoquées aujourd'hui • Picage • Activité et troubles locomoteurs • Stéréotypies des reproducteurs • Utilisation des parcours • Transitions alimentaires • Conclusions

  14. Le picage • D'abord picage des plumes • Gentle feather pecking • Severe feather pecking • Puis cannibalisme • Conséquences : • Impact sur l'image de marque du produit • Déclassement des carcasses • Morbidité et mortalité

  15. Le picage • Surtout chez pondeuses, label et dindes • Risque augmenté dans les "élevages alternatifs" • Problème renforcé par l'abandon des cages conventionnelles en 2012

  16. Le picage : les solutions • Debecquage • Efficace mais conséquences sur le comportement importantes • Lunettes • Anneau, etc.…

  17. Le picage : les solutions • Enrichissement du milieu : dévier le picage des congénères vers le picage d'objets inanimés • Brins de paille et plaques métalliques chez le dindon (Martrenchar, 2001)  le nombre d'individus piqués • 10 % de blé entier dans l'alimentation peu efficace (Mirabito et al, JRA 2003)

  18. Le picage : les solutions • Diminuer l'intensité lumineuse au minimum • Mais solution fortement critiquée par les défenseurs du bien-être animal

  19. Le picage : les solutions • Sélection génétique • Comportement héritable • Très variable selon les souches • Évaluations possibles : • Nb de coups de becs donnés aux congénères • État d'emplumement • Performances de ponte et mortalité • Picomètre automatique + plumeau en cage individuelle (mis au point par Bessei, 1997)

  20. Sélection de lignées PIC + et PIC-(Chapuis et al, JRA 2003) • Trois cycles de sélection sur le nombre total de coups de becs donnés au leurre • Lignée PIC+ pique beaucoup • Lignée PIC- pique peu • Méthodes : • Chaque lignée répartie dans 16 cases de 30 animaux • Mesures emplumement (0 = plumage parfait, 7 = peau dénudée) et qualité viande

  21. Sélection de lignées PIC + et PIC-(Chapuis et al, JRA 2003) • Emplumement et aspect viande meilleurs chez PIC+ par rapport à PIC-… a priori paradoxal ! • Possibilité de sélectionner animaux actifs au picomètre (= élément de l'environnement) pour diminuer le picage des congénères (= élément social)

  22. poulet dindon L'activité des volailles de chair • Animaux sélectionnés pour leur vitesse de croissance • Hyperphagiques • Hypoactifs • D'où : • Beaucoup de temps passé couché • ° temps en contact avec litière : risques pododermatites

  23. Troubles locomoteurs (TL) en élevage de poulets de chair • Conséquences : • Pertes financières • Non respect du bien-être animal • Recommandation du Conseil de l'Europe, Annexe II, 1995 : "… prévenir l'apparition de problèmes de pattes ... et l'activité des oiseaux devrait être encouragée ... valgus

  24. Poulet standard Poulet Label Rouge Coupes du cortex tibial Origine des troubles locomoteurs • Troubles d'origine multifactorielle Génétique Croissance Exercice

  25.  Entraînement sur tapis roulant (Reiter et Bessei, 1998, Thorp et Duff, 1988)  Densité osseuse Poids vif  Vascularisation de la plaque de croissance Réduction des TL semaines 3 6 Leterrier et al 1998 Origine des troubles locomoteurs • Troubles d'origine multifactorielle Génétique Croissance Exercice ?

  26. FEED Effet bénéfique de l'exercice • Poulets peu actifs : jusqu'à 80% du temps passé couché à l'âge d'abattage (5-6 semaines) • Augmentation de la distance entre mangeoires et abreuvoirs (Haye et Simons, 1978) • Augmentation des déplacements • Diminution des troubles locomoteurs

  27. Mais comment augmenter l'activité locomotrice de poulets "paresseux"? • Enrichissement de l'environnement (objets à picorer, litière à gratter, perchoirs) • Effet positif transitoire sur le cpt qui disparaît après 3 semaines • Pas d'effet sur troubles locomoteurs • Variabilité dans l'aliment • Alterner 2 aliments différents (énergie/protéine ; blé/T soja) : alimentation séquentielle • Diminuer la croissance au démarrage (restriction) et laisser la croissance compensatrice récupérer du retard  effet bénéfique sur santé

  28. Stéréotypies des reproducteurs • Que sont les reproducteurs lourds ? Production de viande SELECTION MÂLES viande FEMELLES reproduction Reproducteurs chair Lourds Poulets de chair standards "Broilers" Vitesse de croissance Indice de consommation Masses pectorales

  29. Caractéristiques des reproducteurs • Dimorphisme élevé entre ♀ et ♂ • Agressivité des ♂ envers les ♀ • Abattus à 18 mois • Sélectionnés pour une vitesse de croissance rapide  obésité • ° performances de reproduction • ° pbs de santé (pbs cardiaques et orthopédiques) • Solution : restriction alimentaire • Objectif : courbe de croissance pondeuse • Mais potentiel : courbe croissance poulet de chair standard • PV = 50 % du PV si ad lib

  30. Sperm output (x 109) 15 10 5 8L:16D Age (sem) 0 20 40 60 80 Reproduction et contrôle de la prise alimentaire (Seigneurin & De Reviers 1996) À partir de 3 semaines Restriction - 20 % sous l'Ad Lib À partir de 6 semaines

  31. Problèmes induits par la restriction alimentaire • Forte motivation alimentaire : Ingestion de la ration quotidienne en moins de 15 minutes • Expression d'une frustration : activité exploratoire, marche stéréotypée et toilettage

  32. Stéréotypies des reproducteurs(Puterflam et al, 2003) • 3 lots comparés • SA : Poules reproductrices lourdes nourries ad libitum • SR : Poules reproductrices lourdes rationnées • L : Poules reproductrices à croissance lente nourries ad libitum • Mesures : • SS toutes les 5 minutes sur 3 périodes d'1 heure • Mange, boit, immobile, marche, se repose, se toilette, pique l'environnement

  33. Stéréotypies des reproducteurs(Puterflam et al, 2003) ** ** ** Comportement des reproducteurs 5 heures après la distribution du repas

  34. Solutions envisagées • Diluer la ration avec des fibres : solution +/- efficace • Présenter la ration avec des fines particules pour  hétérogénéité et temps passé à manger • Utiliser des lignées adaptées à la restriction alimentaire, car forte variabilité entre souches • "Enrichir" l'environnement

  35. Utilisation des parcours en plein air • Répartition des animaux (pondeuses et Label) très hétérogène • Surconcentration animale, d'où : • Dégradation esthétique du parcours • Accumulation de fientes trop localisée • Peu de maîtrise des risques de contamination

  36. Utilisation des parcours en plein air par les pondeuses (ITAVI) • Entre 3,8 (situation caniculaire) et 8,8 % de poules présentes sur le parcours • Environ 1500 m² visités (12% surface totale) • Restent en général à moins de 20 m du bâtiment • Concentration maximale dans les 5 premiers mètres devant les trappes • Attirance pour les zones d'ombres

  37. Aménagement des parcoursde Label (Lubac et al, 2003) • Implantation de taillis à très courte rotation de saules dans la moitié des parcours • Canisses • Tunnels

  38. Aménagement des parcoursde Label (Lubac et al, 2003)

  39. Facteurs qui semblent influencer la sortie sur les parcours • Facteurs physiques • Abris • Repères spatiaux • Aliment sur le parcours • Pelouse / foret • Température • Facteurs sociaux • Facilité d'accès aux trappes • Nb d'oiseaux dehors • Hiérarchie sociale

  40. Transitions alimentaires • En élevage, parfois sous-alimentation ponctuelle juste après une transition alimentaire • D'où : • Chute de croissance • Gaspillage aliment • Ingestion litière  pathologies

  41. Transitions alimentaires • Particulièrement dans les productions à durée longue (dindes) • Pb important depuis interdiction MP d'origine animale car modification des caractéristiques physiques des aliments • D’où étude des signaux modifiant le comportement alimentaire • Réactions sensorielles • Apprentissages alimentaires

  42. Réactions sensorielles vis-à-vis de l'aliment • Influencent le comportement à très court terme (<1 minute) • Vision • Acuité très forte • Capable de rechercher un aliment et de guetter d'éventuels prédateurs simultanément • Attirance pour particules brillantes et claires • Vision tétrachromatique : rouge, vert, bleu, UV

  43. Zones de la rétine riches en cellules correspondant à la perception des détails ("loupes") dans certaines parties du champ visuel Zone de vision binoculaire. En dehors de cette zone, chaque œil perçoit une image différente

  44. Réactions sensorielles vis-à-vis de l'aliment • Toucher • Perception tactile par le bec, très riche en mécanorecepteurs • 2/3 des coups de bec sont explorateurs • Préférence pour particules : • Grosses > miettes ou farine • Tendre > rigide • Lisses > rugueuse • Homogènes > hétérogènes • Olfaction / Gout • Plutôt bonnes, mais difficile à distinguer entre eux • Impact moindre sur les choix alimentaires • Détectent différences entre umami, sucré, acide, salé, amer

  45. Apprentissages alimentaires • Apprentissage visuels, tactiles, et olfacto-gustatifs • Association entre caractéristiques sensorielles de l'aliment et préférences alimentaires • Apprentissages aversifs et appétitifs liées aux conséquences post-ingestives • Aversion alimentaire conditionnée (LiCl) • + efficace chez le jeune poussin que l'adulte • Persiste au max 1 sem • Apprentissage appétitif • Attrait pour aliment + riches en energie ou mieux équilibrés en AA

  46. Effet de l'expérience sur les préférences alimentaires

  47. Effet de l'expérience sur les préférences alimentaires (Rouillé et al, 2003) • Selon type de régime offert avant le test alimentaire : • Alimenté avec des particules hétérogènes : meilleure adaptation à l'aliment nouveau • Alimenté avec des particules homogènes : plus d'exploration, d'hésitation, de gaspillage et moins de consommation

  48. Conclusion : 2 types de recherche envisagés • Adapter l'animal à son milieu : • Sélection pour des animaux avec des seuils de réactivité au stress + faible : Immobilité tonique • Sélection d'animaux adaptés à la vie en groupe : Test du tapis roulant

  49. Conclusion : 2 types de recherche envisagés • Adapter le milieu à l'animal • Occuper les animaux : dilution ration, travail pour récompense alimentaire, enrichir le milieu d'élevage • Éviter les stress : cohésion des groupes, relation homme-animal, hétérogénéité de l'aliment