Download
le coma hyperosmolaire ou syndrome d hyperglyc mie hyperosmolaire n.
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
Le Coma hyperosmolaire ou syndrome d’hyperglycémie hyperosmolaire PowerPoint Presentation
Download Presentation
Le Coma hyperosmolaire ou syndrome d’hyperglycémie hyperosmolaire

Le Coma hyperosmolaire ou syndrome d’hyperglycémie hyperosmolaire

1342 Views Download Presentation
Download Presentation

Le Coma hyperosmolaire ou syndrome d’hyperglycémie hyperosmolaire

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript

  1. Le Coma hyperosmolaire ou syndrome d’hyperglycémie hyperosmolaire SAADY Rédouane

  2. CAS CLINIQUE • Motif: Patiente âgée de 64 ans admise le 17/03/05 dans le service de réanimation médicale pour COMA HYPEROSMOLAIRE • ATCD: Med: Diabète type 2 négligé ou non connu ? Chir: chirurgie abdominale (il y a 34A)

  3. Histoire de la maladie actuelle • La patiente présentait des nausées et des vomissements depuis 2 nuits. • Aggravation dans la nuit du 16 au 17  Urgences St-Roch. • A l’arrivée : Patiente avec altération de la conscience,T à39.6°C, G à10g/l, avec notion de convulsions et de Sd grippal récent mis ss ATB.

  4. Histoire de la maladie actuelle • Aux urgences: - SAP insuline - KCl 1.5g/h • A l’arrivée dans le service: patiente somnolente mais cohérente.

  5. Examen clinique • Général: 84kg 1m76 TA: 102/57 FC: 97 • Cardio-vasculaire: BDC irréguliers • Pulmonaire: Absence de foyers • Digestif: abdomen pléthorique, BHA, Hépatomégalie, absence d’ascite • Cutané: Erysipèle MI Dt

  6. Examen paraclinique • Biologie: • GDS: pH 7.38 pO2 58.5 pCO2 31.2 HCO3 18.2 sat 92.4% • Glucose:54.6mmol/l • Iono sg: Na 124 mmol/l , K 2.8 mmol/l , Cl 84 mmol urée 8.6mmol/l , créat 216 mcmol/l, osmolalité 317 mosmol/kg • Hémato: CRP 482 , GB 78000 , GR 4700, Ht 42% • ASAT 158 U/l , LDH 659 U/l , CPK tot 5333 U/l, Myogb 3500 ng/ml • ECG: AC/FA aigüe (hypovolémie) • ETT: HVG concentrique,péricarde sec

  7. Paraclinique • ECBU: E.Coli • EEG: Signes d’encéphalopathie métabolique avec un état de mal épileptique généralisé (convulsions infracliniques) • PL: Culture stérile • ECBC: Levures

  8. Traitement • URGENCE diagnostique et thérapeutique • Hospitalisation en réa et mesures générales • Rééquilibration hydro-électrolytique supplémentation sodée et potassique • Insulinothérapie IVSE • ATB: • Bristopen (érysipèle) en IV • Oflecet (Inf° à E.Coli) en IV à J1 puis relais PO • Surveillance

  9. Définition • Le coma hyperosmolaire est une complication aigüe du diabète de type 2 caractérisée par une déshydratation sévère,des signes neurologiques,une hyperglycémie,une hyperosmolarité. • Physiopathologie proche de la cétoacidose mais sans cétogénèse • Classiquement observé chez le sujet diabétique non insulinodépendant • FACTEUR DECLENCHANT • URGENCE diagnostique et thérapeutique!!!(la mortalité reste élevée)

  10. Physiopathologie • Carence en insuline  glycogénolyse hépatique + conversion des aa en glucose • Conséquence= Afflux +++ de glucose espace extra-cellulaire hyperglycémie • Hyperglycémie  Hyperosmolarité plasmatique à l’origine d’un Sd cardinal: • Glycosurie • Polyurie (diurèse osmotique) • Déshydratation par perte hydro-électrolytique • AMG et asthénie (perte énergétique)

  11. Physiopathologie • Hyperosmolarité  perte d’eau des cellules vers le milieu extra-cellulaire DH à prédominance intra-cellulaire Hypovolémie Coma  DC • DH non compensée du fait du terrain (soif altérée) • Pas de cétogénèse (tx résiduel d’insuline) • Recherche systématique d’un facteur déclenchant qui entraîne une augmentation besoin en insuline et peut précipiter vers un état hyperosmolaire.

  12. Facteurs déclenchants • Infections+++ • Cystite • Bronchite • Inf° cutanée • Médicaments • Corticoïdes (R périf à l’insuline) • Thiazidique / B-bloquant ( diminution sécrétion insuline) • Pancréatite aigüe • IDM • Hyperthyroïdie • Stress • Vomissements / Diarrhée

  13. Diagnostic clinique • DH globale sévère: • Signes de DH E-C (pli cutané,cerne périorbitaire,hypoTA,oligurie,tachy) • Signes de DH I-C (sécheresse muqueuse,soif intense,hyperthermie,vomissements) • Signes neurologiques : Dominés par les trbles de la cse allant de l’obnubilation jusqu’au coma calme avec parfois des signes de souffrance cérébrale avec babinski,asymétrie des réflexes et des convulsions.

  14. Diagnostic clinique • Signes généraux : • AEG • Fièvre • Signes digestifs (affection chirurgicale)

  15. Le bilan complémentaire ne devra en aucun cas retarder le ttt +++ Dignostic paraclinique

  16. Evaluer le retentissement • Hyperglycémie +++ (6 à 20 g/l) • Déshydratation: • Hypernatrémie (à adapter à la glycémie avec Na corrigé =(Na mesuré +1.6)/G -1 ) • Hyperosmolarité ( >340mosm/l ) Osm=(Na+K).2 + G +U • Hémoconcentration • IRA fonctionnelle • Absence de corps cétoniques

  17. Recherche du facteur déclenchant • Bilan infectieux systématique +++ : • Hémocultures • ECBU • Rx thorax et ASP • PL • Recherche systématique d’un IDM +++ • ECG • Ez cardiaques

  18. Disposer d’un bilan de base • Bilan hépatique: • Elévation des ASAT et CPK (origine musculaire) • Bilan pancréatique: • Elévation de l’amylasémie

  19. Complications • Accidents neurologiques: Œdème cérébral (réhydratation) Ischémie vasculaire (hyperviscosité plasmatique) • Accidents Cardio-vasculaires: IDM Thrombose artérielle et veineuse • Infections: Pneumonie d’inhalation Septicémie et choc septique • IRA essentiellement fonctionnelle et réversible

  20. Diagnostics différentiels • Un état hyperosmolaire peut s’observer dans plusieurs situations: • Diarrhée osmotique virale ou toxique • Diabète insipide central ou néphrogénique • Diurèse osmotique liée à la présence de mannitol ou d’urée

  21. Traitement • URGENCE diagnostique et thérapeutique • Hosp en réa et mise en condition du patient : MCP, saturomètre, VVP/VVC, sonde naso-gastrique, arrêt ttt, prévention complications de décubitus,antalgique • Rééquilibration hydro-électrolytique: • Rééquilibration par sérum salé progressive afin d’éviter un œdème cérébral et supplémentation potassique • Si choc hypovolémique:remplissage vasculaire

  22. Traitement 3. Insulinothérapie IVSE: Insuline rapide 10U en bolus 2 à 5 U/h en continu 4.Traitement du facteur déclenchant 5.Surveillance: Clinique= _efficacité:BU horaire+G horaire+PVC _ signes de pancarte Paraclinique= ECG /4h+ iono sg /4h

  23. Traitement • Le meilleure traitement est préventif!!!! • EDUCATION du patient+++ • La MORTALITE est élevée:20 à 30%

  24. Conclusion • Il s’agit d’une URGENCE avec DH majeure, hyperosmolarité plasmatique touchant le plus svt les PA dont la sensation de soif est altérée. • Pouvoir osmotique du G est capital ds la pathogénie du coma hyperosmolaire. • Administration précoce de gdes quantités de sérum salé,d’une insulinothérapie et d’une recharge en K. • Complication majeure:Œdème cérébral.