Download
anesth sie loco r gionale n.
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
Anesthésie loco-régionale PowerPoint Presentation
Download Presentation
Anesthésie loco-régionale

Anesthésie loco-régionale

505 Views Download Presentation
Download Presentation

Anesthésie loco-régionale

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript

  1. Anesthésie loco-régionale Dr C. Musaninyange SAU du CHI de Poissy

  2. PLAN I.Intoduction II.Produits utilisés III.ALR utilisées aux urgences: • BIF (Bloc ilio-facial)/Bloc fémoral • Blocs du membre supérieur: AGF (Anesthésie de la gaine des fléchisseurs);bloc du nerf médian , radial et ulnaire. • Blocs de la face.

  3. I.Introduction • C’est une pratique permettant l’analgésie dans les traumatismes des membres supérieurs et membres inférieurs ,une meilleure exploration de plaies avant suture, une réduction du volume d’anesthésiques locaux utilisés dans un service d’urgences.

  4. Recommandations: -Conférence d’expert 2002 (SFAR, SFMU, SAMU de France) : Pratique des ALR par des médecins non spécialisés en anesthésie réanimation, dans le cadre des urgences.

  5. -Conférence de consensus 2005 (SFMU) : Prise en charge des plaies aux urgences • Traumatismes du membre inférieur : Bloc ilio-fascial; • Traumatismes du membre supérieur : Bloc tronculaires au poignet (Ulnaire, Radial, Médian); Anesthésie Gaines des Fléchisseurs; • Traumatisme facial : Bloc du V1-2-3.

  6. II. Anesthésiques locaux Les anesthésiques locaux (AL) bloquent les canaux sodiques qui transmettent l’influx nerveux • 2 familles: • Aminoesters: cocaïne, procaïne, tétracaïne (USA) • Aminoamides: lidocaïne, mépivacaïne, bupivacaïne, ropivacaïne et prilocaïne

  7. 2 formes: • Adrénalinées au 1/200 000ème, avec conservateur • Non-adrénalinées, sans conservateur ni anti-oxydant • 2 puissances: • Faible (lidocaïne, prilocaïne, mépivacaïne): délai et durée d’action courts (5-10 min  1h30-2h) • Forte (bupivacaïne et ropivacaïne): délai et durée d’action plus longs (15-20 min  4-6 h)

  8. Pharmacocinétique: • Les AL sont destinés à agir au site d’injection: c’est leur concentration locale qui est responsable de l’effet observé; • La résorption systémique est une étape de leur élimination, permettant leur métabolisme ultérieur; • La liaison protéique des amides est importante;

  9. Tout facteur diminuant la fixation protéique des AL augmente le risque de toxicité systémique : acidose, hypoventilation, âge < 1an ou très avancé; • Une injection rapide d’AL augmente la fraction libre ce qui majore le risque de toxicité.

  10. Les amides ont un métabolisme exclusivement hépatique, par le système du cytochrome P450 et dépend du débit sanguin hépatique • Toute baisse du débit cardiaque entraîne un risque de surdosage en AL • L’insuffisance hépato-cellulaire expose à une augmentation de la fraction libre des AL • La résorption systémique est d’autant plus rapide que le site d’injection est richement vascularisé:

  11. Pic d’absorption par ordre décroissant: • Scalp et face (quelques minutes) • Sphère ORL • Bloc intercostal (6 à 10 minutes) • Blocs du membre inférieur • Risque toxique majoré des doses cumulées, même en cas d’injection espacées: Tmax tardif et additivité des concentrations • Résorption très rapide chez l’enfant, dès de faibles doses d’ AL

  12. Adjuvants utilisés • Adrénaline : • Permet un ralentissement de l’absorption systémique par vasoconstriction locale • Augmente la durée du bloc • Permet de diminuer la concentration de l’AL utilisé • Morphiniques : morphine, sufentanil • Clonidine : catapressan 75µg

  13. Contre-indications: • Patient instable; • Refus du patient; • Enfant >3 ans; • Indication opératoire immédiate; • Plaies >6h; • Troubles d’hémostase sévères; • Infection locale; • Allergie aux AL.

  14. Anesthésiques locaux

  15. Anesthésiques locaux • Toxicité locale • Toxicité directe sur la fibre nerveuse (neuropathie sensitivomotrice différée de 48h) • Majoration de l’effet toxique avec solution adrénalinée(allongement temps d’exposition, diminution du débit sanguin, toxicité directe de l’adrénaline)

  16. Toxicité systémique secondaire à • Injection intra-vasculaire; • Dose unique trop élevée; • Doses cumulées trop importantes.

  17. Toxicité nerveuse centrale • Crise convulsive généralisée/partielle/complexe • Coma avec dépression cardio-respiratoire • Signes précurseurs : • Subjectifs : Paresthésies, céphalées, goût métallique, malaise, sensation ébrieuse, acouphènes, hallucinations.. • Objectifs : Pâleur, tachycardie, irrégularité respiratoire, vomissements, confusion, nystagmus, fasciculations lèvres, empâtement à la parole..

  18. Toxicité cardiaque • Après manifestations neurologiques (doses 4X supérieures) • Secondaire à l’effet stabilisateur de membrane • Dose dépendant • Altération de la conduction : BAV,TSV,TV, FV… • Altération de la contractilité myocardique : défaillance hémodynamique

  19. Mesures préventives • Patient scopé : oxymètre de pouls, TA • Injection : • Dose minimale efficace • Test d’aspiration • Injection lente et fractionnée • Contact verbal permanent

  20. III.ALR pratiquées aux urgences • Bloc ilio-fascial/ Bloc fémoral • Blocs du membre supérieur: Anesthésie de la gaine des fléchisseurs (AGF);bloc du nerf médian , radial et ulnaire • Bloc de la face • Bloc supra-orbitaire • Bloc infra-orbitaire • Bloc mentonnier

  21. 1.BIF • Mode d’action : anesthésie du nerf fémoral + obturateur + cutané latéral de la cuisse • Efficacité : • Fémoral : 80-100% • Obturateur: 60-75% • CLC : 38%

  22. Indication : analgésie fracture col et diaphyse fémorale • Installation : décubitus dorsal, MI légèrement en abduction et rotation externe. • Repère : ligament inguinal (épine iliaque antéro-supérieure / épine pubis).

  23. Point de ponction : 3 cm en dessous de la jonction 1/3 latéral – 2/3 médial de la ligne joignant l’EIAS et l’épine du pubis; • perpendiculaire à la peau, perception de 2 pertes de résistance ( 2 fascia); • Injection de 20 ml de ropivacaïne.

  24. 2.Bloc fémoral • ALR échoguidée permettant: • le repérage du passage de l’aiguille sous la sonde d’échographie • La visée du nerf fémoral pour l’injection. • Indications: fractures fémorales (diaphyse , col),luxation de PTH; plaies antéro-latérales de cuisse.

  25. Bloc fémoral échoguidé

  26. Repérage de la veine fémorale en 1er qui est en dedans (ou en arrière) de l’artère ,bien compressible avec la sonde; • Puis l’artère fémorale en dehors (ou devant) la veine fémorale plus petite et non compressible; • Enfin le nerf qui est en dehors de l’artère sous le fascia iliaca ( structure peu echogène en tranche de salami ou faisceau de fils éléctriques).

  27. Après repérage échographique , marquage cutané qui sera le point de ponction en dehors et au ras de la sonde pour aborder le nerf fémoral de dehors en dedans sous le fascia et pouvoir déposer l’anesthésique local (toujours sous guide échographique )au contact du nerf et visualisation de la diffusion du produit (« donutsign »).

  28. Avantages du bloc fémoral échoguidé versus bloc à l’aveugle selon la littérature ( en pratique pas d’étude comparative): • Efficacité; • Rapidité; • Précision; • Petite dose d’anesthésie.

  29. 3.AGF • Gaine enveloppe fléchisseurs des 2e-3e-4e doigts • Gaine s’arrête en regard de la MCP des 2e-3e-4e doigts • Gaine descend au poignet pour le 1e et 5e doigt

  30. Repère : articulation MCP centrée par tendon fléchisseur • Aiguille intradermique 27G • Introduction verticale

  31. Mouvements flexion-extension doigt mobilise l’aiguille; • Retirer l’aiguille de 2 mm; • Injection de 2-3 ml de xylocaïne .

  32. 4.Blocs de la face: bloc V1 • 2 rameaux : supra-orbitaire et supra-trochléaire • Territoires : paupière supérieure + front (suture coronale) • Zone de recouvrement médiane (bloc controlatéral)

  33. Décubitus dorsal, ½ assis • Repère : foramen supra-orbitaire (aplomb pupille, 2cm ligne médiane, sur rebord orbitaire) • Ponction 0.5cm sous rebord du sourcil, dirigée en haut • Injection xylocaïne non adrénalinée 2-3 ml

  34. Bloc infra-orbitaire: bloc V2 • Territoire : paupière inférieure + aile du nez + joue + lèvre supérieure • Installation idem V1 • Aiguille 25G • Injection xylocaïne non adrénalinée 2-3 ml

  35. Repère : foramen infra-orbitaire, 1 cm sous rebord orbitaire, 2 cm aile du nez, aplomb pupille • Ponction 1 cm aile du nez, en haut et en dehors (angle externe œil), 15 mm profondeur

  36. Bloc mentonnier:bloc V3 • Territoire : lèvre inférieure + menton + bloc incisivo-canin inférieur • Aiguille 25G • Injection xylocaïne non adrénalinée 2-3 ml

  37. Repère : aplomb 1e prémolaire inférieure, axe foramen supra-infra-orbitaire et pupille • Ponction à 1 cm en dehors du foramen, aiguille en bas et en dedans

  38. Blocs tronculaires du membre supérieursupérieur

  39. Indications: • Exploration et suture des plaies de la main • Intéressant un à deux territoires nerveux • Blocs tronculaires au poignet • Injection sous-cutanée: lidocaïne 1% nonadrénalinée 3 à 4ml pour chaque nerf

  40. a) Nerf médian • Dans le canal carpien, entre les tendons du fléchisseur radial • du carpe et du long palmaire • Injection après franchissement du ligament annulaire

  41. b)Nerf radial • Avant-bras en position neutre, colonne du pouce en abduction et • en extension • Injection sous-cutanée sur une ligne transversale de 3cm • à l’angle supérieur de la tabatière anatomique

  42. c)Nerf ulnaire • Injection à 3cm au dessus du bord médial interne du muscle • fléchisseur ulnaire du carpe

  43. MERCI DE VOTRE ATTETION