Download
slide1 n.
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
Projet pilote d’expérimentation opérationnelle d’un mode de gestion par objectif (GPO) PowerPoint Presentation
Download Presentation
Projet pilote d’expérimentation opérationnelle d’un mode de gestion par objectif (GPO)

Projet pilote d’expérimentation opérationnelle d’un mode de gestion par objectif (GPO)

129 Vues Download Presentation
Télécharger la présentation

Projet pilote d’expérimentation opérationnelle d’un mode de gestion par objectif (GPO)

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript

  1. Projet pilote d’expérimentation opérationnelle d’un mode de gestion par objectif (GPO) Secteur des Hautes-Laurentides Colloque sur l’aménagement forestier par objectifs, Trois-Rivières, 21 juin 2007

  2. Ordre de présentation • Mise en situation • Étape préliminaire à la définition des objectifs • Maintien des acquis • Problématiques, objectifs et moyens • Conclusion

  3. 1 Mise en situation Naissance de l’idée à la suite: • De la conjoncture économique; • Du colloque de l’OIFQ sur la GPO tenu à Maniwaki le 7 novembre 2006; Projet pilote l’expérimentation opérationnelle d’une proposition de mode de gestion par objectifs basée sur l’efficacitéet l’efficience, et ce, pour une période de trois ans. Efficacité : Rapport entre les résultats obtenus et les objectifs fixés Efficience : Rapport entre les résultats obtenus et les ressources utilisées pour les atteindre

  4. Industriels impliqués Membres du CSRE: • Claude Forget (SEPM) • Coopérative forestière des Hautes-Laurentides • Henry Radermaker & fils (SEPM) • Les Bois feuillus de La Lièvre (Feuillus durs) • Max Meilleur et fils (SEPM)

  5. Les partenaires impliqués • Le MRNF (accompagnateur) • PF Innovation (FERIC) • PF Innovation (Service canadien des forêts) • Global Teq international

  6. La gestion par objectifs Un objectif doit être formulé de manière à être S M A R T.

  7. S M A R T. SPÉCIFIQUE • Porte sur un objet précis, concret; MESURABLE • Résultat facilement observable; ATTEIGNABLE • Stimulant et exigeant, sans être inaccessible RÉALISABLE • Dans la zone de maîtrise de l’individu ou de l’organisation; TEMPS • Délimité dans le temps.

  8. Les objectifs utilisés en foresterie doivent être robustes !

  9. 2 Étape préliminaire à la définition des objectifs Analyser la situation actuelle grâce à la mise sous processus de la chaîne des actions • Permet une vision globale de la séquence actuelle des activités forestières pour une parcelle de territoire

  10. Extrait du processus actuel :Activités relatives au suivi après une CPRS

  11. Mise sous processus de la chaîne des actions   • Remise en question de chaque étape du processus : • Cette étape est-elle vraiment nécessaire ? • Quel objectif sous-entend cette étape ? • Cet objectif se situe à quelle échelle de planification ? • Cette étape peut-elle être allégée ou remplacée par une activité moins coûteuse tout en atteignant l’objectif?

  12. 3 Maintien des acquis Le projet d’expérimentation opérationnelle d’un mode de GPO est un mode de gestion construit à partir des acquis: • Du RNI, des OPMV, des aires protégées • Du cadre de gestion actuel (PGAF, PQAF, PAIF, permis annuel et consultations) • Des règles de l’art couramment reconnues en terme de qualité d’exécution (Instructions relatives vues comme un guide plutôt qu’une norme)

  13. 4 Problématiques, objectifs et moyens L’analyse de la situation actuelle a permis de définir: • 31 problématiques • 35 objectifs touchant: • Prescriptions et martelage (3/5) • Inventaires (4/5) • Objectifs d’aménagement à long terme et obligations (1/4) • Responsabilité et imputabilité (2/2) • Gestion/ administration (1/7) • Enjeux de biodiversité (2/9) • 36 indicateurs

  14. Prescription / martelage

  15. 1) Prescription basée sur des informations moyennes (un peuplement moyen) parfois inadaptée à certaines microconditions (coupe partielle) La vision conventionnelle

  16. La réalité Objectif 1:Réaliser le bon traitement au bon endroit au niveau du micropeuplement

  17. 1) Moyens • Considération de la complexité d’un peuplement (micropeuplement) lors de la microprescription grâce au concept du multitraitement: • Concept où l’ouvrier choisit les modalités appropriées afin de tenir compte des variations de structure dans un peuplement. • Permet d’adapter l’intervention aux conditions changeantes des forêts • Traduction des microprescriptions en consignes de martelage

  18. 4) Interventions futures non synchronisées ayant pour effet de diminuer massivement les futurs volumes récoltés par kilomètre de chemin utilisé (tous les traitements commerciaux)

  19. Objectif 4a): Maintenir dans le temps un volume/km de chemin utilisé économiquement viableObjectif 4b): Tenir compte de l'assignation des blocs de récolte (superficie optimale d’intervention) lors de la prescription

  20. 4) Moyens • Détermination de la superficie optimale d’intervention • Application d’une rotation unique sur une superficie opérationnellement exploitable pour les blocs de coupe partielle

  21. Inventaires

  22. 5) Collecte de données à l’échelle opérationnelle visant aussi à alimenter l’échelle stratégique ou tactique (traitements commerciaux et non commerciaux)  • Des échelles de planification différentes requièrent des types de suivi et des intensités d’échantillonnage différents

  23. Objectif 5a:Restructurer les prises de données afin de prendre les bonnes données au bon moment et à la bonne échelle

  24. 5a) Moyens: • Collecte de données spécifiques afin d’alimenter les calculs de possibilité (réseau de placettes permanentes de suivi des traitements sylvicoles) pour : • a) Mettre à jour les superficies traitées (ex. ventilation par GPP, ST résiduelle, proportion d’essence, etc.); • b) Estimer des rendements forestiers à l’aide de logiciel; • c) Permettre un suivi à long terme; • d) Estimer le VAOR adéquatement sur une base quinquennale.

  25. Objectif 5b: À l’échelle opérationnelle, éliminer la collecte de données qui ne servent pas à la réalisation des prescriptions et à l’évaluation de la conformité des différents traitements 5b) Moyen: • Éliminer certains types de données à l’échelle opérationnelle

  26. 6) Coût élevé des inventaires et des compilations -(traitements commerciaux) Ventilation des coûts par item au mètre cube (50% sciable-50% pâte)

  27. Objectif 6: Établir une procédure peu coûteuse de prise de données selon la complexité des peuplements (traitement commerciaux)

  28. 6) Moyens: • Plutôt que de miser sur la collecte systématique de données, l’expertise du personnel technique est mise à profit par une certaine latitude. Cette latitude est encadrée par : • La formation du personnel ; • La certification du personnel via des sites d’entraînement et de certification: • Le contrôle de la qualité de leur travail.

  29. 6) Moyens: • Cette latitude permet au personnel d’alléger la prise de données notamment lorsque le traitement à appliquer est évident • Les données terrain à récolter ont été réparties et simplifiées en fonction de l’usage prévu (Stratégique / tactique / opérationnel ) (réf. obj. no. 5)

  30. 8) Incohérence entre les différents traitements, inventaires et suivis (article 89, scarifiage, plantation, regarni, suivi 1, dégagement, éclaircie précommerciale et suivi 2) Exemple typique des Hautes-Laurentides: • 98% des superficies sont régénérées lors du suivi 1 (>50% stocking) • 85 à 90 % de ces superficies nécessitent un dégagement ou un EPC avant le suivi 2

  31. Objectif 8: Maintenir une logique et une cohérence entre les différents traitements et les suivis 8) Moyen: • Mise en place de 2 prises de données multiusages fusionnant: • Le suivi 1 et l’inventaire avant dégagement • L’article 89 (taux de protection de la régénération) et l’inventaire avant scarifiage

  32. Objectifs d’aménagement à long terme / obligations

  33. 10) Gestion normative (Instructions -MAF) visant à atteindre davantage un rendement ligneux qu’un rendement économique (coupe partielle) Objectif 10: Coupler la dimension économique à court, moyen et long termes (notion d’héritage forestier) à l’atteinte d’un rendement ligneux tout en maintenant la notion de l’aménagement forestier durable

  34. 10) Moyens: • Utilisation du concept de la maximisation de l’héritage forestier afin de déterminer les règles de martelage

  35. Définition de l’héritage • Héritage = Valeur actualisée du revenu net des interventions sur un long horizon • RNI = Revenu net d’intervention (recettes-dépenses) • Rotation = rotation en année (0, 25, 50…si période de rotation de 25 ans) • i =taux d’intérêt (typiquement 4%)

  36. Modèle d’optimisation BIOLLEY II Données économiques Objectifs stratégiques et tactiques État initial du peuplement(Typologie) Modèle matriciel de croissance PROGRAMMATION LINÉAIRE Rendement ligneux et économique du peuplement Règles de coupe

  37. 10) Moyens: • Après optimisation, une cible (objectif) en terme d’héritage ($) par micropeuplement sera fixée Cette optimisation respectera les 4 principes directeurs suivants: • Contrôler le processus de régénération; • Maintenir un capital forestier optimal; • Tenir compte de la structure (ossature) du peuplement; • Choisir l’option qui maximise l’héritage à long terme

  38. 10) Moyens: • Gestion de la rotation en tant qu’une contrainte (réf. obj. no. 4) • Le rendement devient une conséquence de la maximisation de l’héritage forestier

  39. Responsabilité et imputabilité

  40. 12) Absence de mécanisme de gestion lorsqu‘une prescription sylvicole d’un ingénieur de l’industrie est remise en question par un ingénieur du MRNF Objectif 12: Reconnaître le professionnalisme des ingénieurs forestiers employés par l’industrie forestière

  41. 12) Moyens • Le MRNF peut valider la qualité des données, mais l’interprétation (traitement) demeure sous la responsabilité de l’ingénieur signataire de la prescription. • Cette interprétation doit toutefois être rattachée aux objectifs de la GPO et au respect du cadre de gestion (PGAF, PQAF). Advenant une divergence d’opinion entre les ingénieurs représentant le MRNF et le BCAAF, un processus d’arbitrage est mis en place. • Dans le cas d’un manque professionnel, l’OIFQ peut intervenir.

  42. 13) Cadre normatif (touchant les inventaires et les délais) qui ne favorise pas la responsabilisation des intervenants (opérateurs, chefs d’équipe et contremaîtres) Objectif 13: Mettre en place un système de suivi et de contrôle responsabilisant les intervenants à tous les niveaux

  43. 13) Moyens • Officialisation de leurs contrôles de la qualité • Prise de données terrain réalisée selon les exigences et sur les formulaires des fiches techniques GPO • Contrôle de la qualité des données terrain collectées réalisé selon les exigences des fiches techniques GPO • Possibilité de relecture de la prise de données et des contrôles de la qualité

  44. 13) Moyens • Détermination des rôles par la mise en place d’une charte des responsabilités • Certification ISO 14001 des mandataires d’opération

  45. Extrait de la charte des responsabilités: Activités relatives au suivi après une CPRS

  46. Gestion / administration