Download
slide1 n.
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
Jean Claude de MAUROY Bertrand Bordet PowerPoint Presentation
Download Presentation
Jean Claude de MAUROY Bertrand Bordet

Jean Claude de MAUROY Bertrand Bordet

290 Views Download Presentation
Download Presentation

Jean Claude de MAUROY Bertrand Bordet

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript

  1. 5 - Lombalgies Jean Claude de MAUROY Bertrand Bordet

  2. La lombalgie est "une plaie" de nos sociétés • Prévalence des affections rachidiennes (lombalgies et cervicalgies)En 1990, la première phase d’une étude prospective, enquête ESTEV [29-30], a été menée sur 21 378 salariés, tirés au sort parmi ceux nés en 1938, 1943,1948 et 1953 (taux de participation 88 %). Les salariés ont été interrogés lors des visites médicales annuelles du travail.Si on limite l’analyse aux 7 134 ouvriers masculins, on constate que la fréquence des douleurs lombaires varie de 31,7 % à 37 ans à 41 % à 52 ans. • « Coût » humain • Souffrances physiques : souffrances, dégradation de la qualité de la vie, handicaps, • Conséquences vie domestique et professionnelles. Handicap à long terme. perte d’emploi, • Coût économique • Arrêts de travail, • Difficultés à répondre aux exigences du travail. Turn-over professionnel. Productivité • Chirurgie : chirurgie hernie discale, arthrodèses. • Hospitalisations, • Soins,

  3. Pourquoi la lombalgie a-t-elle été le plus grand échec médical du XX° siècle ? • Les conditions de vie professionnelle ont changé.

  4. Pourquoi la lombalgie a-t-elle été le plus grand échec médical du XX° siècle ? • Les conditions de vie familiale ont changé.

  5. Pourquoi la lombalgie a-t-elle été le plus grand échec médical du XX° siècle ? • La communication a changé.

  6. Pourquoi la lombalgie a-t-elle été le plus grand échec médical du XX° siècle ? • La motivation a changé Mais même la retraite est remise en question…

  7. Nous sommes au maximum de l’instabilité • Professionnelle, • Familiale, • Psychologique, • Sociale, • Politique…

  8. Imagerie spécialisée du rachis lombaireJean Claude de Mauroy Cliniquement :

  9. La lombalgie aiguë (< 3 mois)

  10. Imagerie spécialisée de la lombalgie Scanner IRM

  11. La lombalgie chronique (> 3 mois) • Absence de correlation clinique • Absence de correlation radiologique

  12. Aphorisme Il n’y a aucune corrélation entre la radiologie et le symptôme lombalgie chronique

  13. Lombalgie symptomatique (1 %) Neurinome intra-rachidien

  14. Lombalgie maladie (10 %)Scoliose – dislocation rotatoire Reconstruction tri-dimensionnelle en couleur

  15. Lombalgie maladie (10 %)Canal lombaire étroit

  16. Lombalgie maladie (10 %)Dystrophie Rachidienne de croissance

  17. Lombalgie maladieFracture vertébrale La pratique du sport peut favoriser des pathologies : Os : fractures du corps vertébral ou spondylolyse de l’arc postérieur

  18. Lombalgie maladie (10 %)Spondylolyse

  19. Lombalgie maladie (10 %)Asymétrie d’orientation des articulaires

  20. Lombalgie maladie (10 %)sacralisation de L5

  21. Articulation transverso-sacrée unilatérale (à risque)

  22. Hémibertèbre avec départ oblique

  23. Lombalgie maladie (10 %)Hémi-vertèbre Hémi-vertèbre L5-S1 D

  24. Bloc L4-L5

  25. Malformation pédiculaire : Regardez toujours les vertèbres dans les yeux

  26. Lombalgie maladieArthrose articulaire postérieure

  27. Arthrose zygapophysaire

  28. Arthrose zygapophysaire

  29. Arthrose zygapophysaire

  30. Kyste synovial zygapophysaire

  31. Kyste synovial zygapophysaire

  32. Kyste synovial zygapophysaire

  33. Lombalgie maladie :le muscle Muscles : meilleure protection du rachis

  34. Lombalgie maladieLes sacro-iliaques – La scintigraphie

  35. Imagerie de la lombo-sciatique4 - Hernie discale

  36. Rappel Mécanismes • Torsion lombaire répétitive: dégénérescence discale annulaire source de hernie discale • Flexion et inclinaison latérale: source de hernie discale de constitution brutale • Fréquences des hernies liées à la pratique sportive est d’estimation difficile et controversée

  37. Sémantique • Bombement • Débord global et concentrique • Observation banale chez l’asymptomatique G.Morvan Le rachis lombaire dégénératif 1998

  38. Sémantique • Protrusion • Débord focal à plus large base que ses autres dimensions antéropostérieures • Occasionnellement observée chez l’asymptomatique

  39. Sémantique • Hernie discale (Extrusion) • Débord focal marqué à base plus étroite que ses autres dimensions. • Exceptionnellement visible chez l’asymptomatique • Fragment discal exclu

  40. Hernie: critères topographiques

  41. Questions essentielles • Fragment discal exclu? • CI discectomie percutanée ou enzymatique • Cause la plus fréquente d’échec de la chirurgie • Migration? • CI discectomie percutanée ou enzymatique et parfois la microchirurgie • Hernie discale postforaminale?

  42. Conflit avec sac dural ou racine? • Pas de critère formel imputant la symptomatologie • Refoulement conforte la présomption de responsabilité de l’image dans la clinique

  43. Sémiologie TDM et IRM • Sémiologie commune • Précision morphologique • Taille • Migration • Exclusion • Volume non corrélé à la clinique et à l’évolution thérapeutique

  44. Sémiologie Scanner (TDM) • Permet de distinguer débord discal et ostéophytose • Identifie calcifications et ossifications ligamentaires • État global du disque: calcifications, dégénérescence gazeuse, arrachement du listel marginal.

  45. Sémiologie IRM • État discal (pincement, déshydratation, fissure annulaire) • État des plateaux vertébraux (discarthrose débutante) • Étude de signes indirects: tuméfaction et rehaussement radiculaire, dilatation des plexus veineux • Injection de gadolinium: • Fragment exclu • Rachis opéré: récidive herniaire/fibrose

  46. Protrusion discale médiane

  47. Protrusion L4-L5 postéro médiane

  48. Protrusion médiane avec refoulement de la dure-mère