Download
les traitements de la maladie d alzheimer n.
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
Les traitements de la maladie d’Alzheimer PowerPoint Presentation
Download Presentation
Les traitements de la maladie d’Alzheimer

Les traitements de la maladie d’Alzheimer

304 Vues Download Presentation
Télécharger la présentation

Les traitements de la maladie d’Alzheimer

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript

  1. Les traitements de la maladie d’Alzheimer Cours IFSI 3ème année 03/06/08 Module de Neurologie Anne Rouault, interne en pharmacie

  2. Les démences Syndrome caractérisé par la réduction des capacités intellectuelles, en particulier des fonctions cognitives. • Cette détérioration est suffisamment sévère pour retentir sur la vie quotidienne du patient. • Fonctions cognitives : ensemble des fonctions cérébrales aboutissant à la connaissance (attention, langage, perception, mémoire, intelligence…) ces fonctions ne sont opérationnelles qu’à partir de l’âge de 7-8 ans.

  3. Maladie d’Alzheimer (MA) • 1ère cause de démence • Affection neurodégénérative du SNC, caractérisée par: • Une détérioration durable et progressive des fonctions cognitives • Troubles de l’autonomie • Troubles du comportement • Troubles cognitifs • Des lésions neuropathologiques spécifiques • Les dégénérescences neurofibrillaires (DNF) • Les plaques séniles

  4. Traitements médicamenteux • Traitements symptomatiques • Inhibiteurs de l’acétylcholinestérase • ARICEPT® (donépézil) • EXELON® (rivastigmine) • REMINYL® (galantamine) • Antagonistes des récepteurs NMDA • EBIXA® (mémantine) • Traitements des troubles du comportement On cherchera à administrer la + petite dose efficace • Place des médicaments vasoactifs

  5. Les inhibiteurs de l’acétylcholinestérase IAChE (1) • Principe : • La mort neuronale suite à la DNF touche surtout les voies cholinergiques: • On veut augmenter le taux d’acétylcholine (Ach) dans le cerveau • Les IAChE permettent de ralentir la dégradation de l ’Ach libérée par les neurones intacts sur le plan fonctionnel • Ces traitements sont uniquement symptomatiques • Dans la MA, d’autres neuromédiateurs sont également touchés : faible efficacité de ces traitements • NB : l’acétyl-cholinestérase est une enzyme qui dégrade l’Ach au niveau des synapses.

  6. Les inhibiteurs de l’acétylcholinestérase IAChE (2) • Prescription initiale réservée aux : • neurologues, • psychiatres, • gériatres • médecins généralistes titulaires d’une capacité en gérontologie • Renouvellement : tous prescripteurs • S’assurer qu’un proche du patient peut vérifier la prise régulière des traitements

  7. Les inhibiteurs de l’acétylcholinestérase IAChE (3) • Indications • Traitement symptomatique de la MA • Formes légères à modérément sévéres (MMSE entre 10 et 26, à l’instauration du traitement) • Voies orale ou transdermique • Efficacité • Amélioration ou stabilisation des fonctions cognitives et globales • Efficacité aussi sur les troubles du comportement associés • Plus le traitement est mis en route tardivement, moins la récupération sera bonne

  8. Les inhibiteurs de l’acétylcholinestérase IAChE (4) • Principes du traitement : • Augmentation progressive pour limiter certains effets indésirables cholinergiques (troubles digestifs) • Réévaluation périodique du traitement • Arrêt du traitement envisagé dès que l’effet thérapeutique disparaît • Si oubli de prise: poursuivre le lendemain selon le même schéma thérapeutique (ne pas doubler la dose) • Si interruption prolongée du traitement : recommencer à la dose minimale et augmenter progressivement

  9. Les inhibiteurs de l’acétylcholinestérase IAChE (5) • Précaution d’emploi (liées à l’activité cholinomimétiques des ces traitements) • Antécédents d’asthme • Troubles de la conduction cardiaque • Ulcère gastro-duodénal • Epilepsie • Association médicamenteuse à risque • Bétabloquants : surveillance de la fréquence cardiaque Risque d’exacerbation des symptômes

  10. Les inhibiteurs de l’acétylcholinestérase IAChE (6) • Effets indésirables : troubles gastro-intestinaux (surtout à l’initiation du traitement ou à un nouveau palier) • Nausées, vomissements, diarrhées • Origine cholinergique, dose-dépendante • Prolonger la durée du palier posologique ou  dose • Administration de MOTILIUM® (dompéridone) • Ne pas utiliser : - VOGALENE ® (métopimazine) - PRIMPERAN ® (métoclopramide) • Autres : • Hallucinations, douleurs abdominales, fatigue(réversibles, lors des  de doses) • Rétention urinaire, convulsions

  11. Les inhibiteurs de l’acétylcholinestérase IAChE (7) • ARICEPT® : • Cp et cp orodispersibles • 5 mg x 1/j avant le coucher, puis 10 mg x 1/j (palier = 1 mois) • EXELON® : • Gélules, solution buvable, patches • Per os : 2 prises par jour, aux repas Débuter par 1,5 mg x 2/j, puis progressivement jusqu’à 6 mg x 2/j (paliers de 2 semaines) • Patches : 1/24h (débuter avec le patch à 4,6 mg/24h puis 9,5 mg/24h) • Passage de la forme orale à la forme transdermique possible : Appliquer le patch dès le lendemain de la dernière prise, selon les correspondances établies; surveiller la tolérance • REMINYL® : • Gélules (forme LP +++), cp, solution buvable • Forme LP : 8 mg / jour le matin au repas (ne pas mâcher ni écraser) puis augmentation jusqu’à 24 mg/j (palier = 1 mois)

  12. Les inhibiteurs de l’acétylcholinestérase IAChE (8) • Les différences : • Nombre de prises par jour • Formes disponibles • Insuffisance rénale: • EXELON® : adaptation posologie dès que IR légère • REMINYL® : Contre-indiqué en cas de IR sévère • Métabolisme hépatique : • ARICEPT® : adapter la dose en fonction de la tolérance EXELON® n’est pas métabolisé par le cytochrome P450 : moins d’interactions médicamenteuses • REMINYL® est contre-indiqué en cas d’insuffisance hépatique sévère

  13. Les inhibiteurs de l’acétylcholinestérase IAChE (9) • Conclusion: • Efficacité remise en cause (différentes publications, communiqués de l’Afssaps…) • Amélioration minime par rapport au placebo • Efficacité faible aux stades moyens ou avancés • Mais, à l’arrêt du traitement : • Effet rebond • « perte de chance » à la reprise du traitement

  14. Antagoniste des récepteurs NMDA : EBIXA® (mémantine) • Principe : • Le glutamate est le principal neuromédiateur excitateur du SNC • Si le glutamate est en excès dans la fente synaptique, il devient neurotoxique (car le calcium entre dans la cellule neuronale, entraînant la mort de celle-ci) • La mémantine bloque l’entrée du calcium post-synaptique en se fixant sur les récepteurs NMDA (récepteur activable par le N-méthyl D-Aspartate)

  15. Antagoniste des récepteurs NMDA : EBIXA® (2) • Prescription initiale réservée aux : • neurologues, • psychiatres, • gériatres • médecins généralistes titulaires d’une capacité en gérontologie • Renouvellement : tous prescripteurs • S’assurer qu’un proche du patient peut vérifier la prise régulière des traitements

  16. Antagoniste des récepteurs NMDA : EBIXA® (3) • Indication : MA dans les formes modérément sévères à sévères (MMSE de 3 à 15) • Efficace : • dans les actes de la vie quotidienne • dans les troubles du comportement (agitation)

  17. Antagoniste des récepteurs NMDA : EBIXA® (4) • Posologie : • Augmentation de la posologie progressive : 5mg/j pendant 2 semaines puis augmentation par palier de 5 mg par semaine pour atteindre 20 mg/jour en entretien à la 4ème semaine • 2 prises par jour à la dose de 20 mg/jour • Effets indésirables : • Peu importants (vertiges, constipation, céphalées, somnolence, hypertension…) • Insuffisance rénale chronique :  dose • Interactions médicamenteuses : • Attention avec les autres ttt NMDA (dextropropoxyphène, ketamine, amantadine…)

  18. Indications des traitements anti-Alzheimer Indications Mémantine Indications IAChE Léger Modéré Mod-Sév Sévère MMSE 26 20 15 10 3 10<MMSE<15 : indications communes à IAChE et mémantine

  19. Troubles du comportement (1) • Généralités • Efficacité des anticholinestérasiques et d’EBIXA® • Pour les psychotropes : • Pas d’études dans les complications psychotiques et comportementales dans les démences • Raréfaction des cibles pharmacodynamiques dans les démences • Pratique empirique très large

  20. Troubles du comportement (2) • Neuroleptiques • Règles de bonne prescription • NFS, Bilan hépatique, glycémie, ECG : avant et pendant le traitement • Tous les 15 jours, revoir l’intérêt • Les troubles productifs (déambulation, agitation, agressivité) sont les mieux pris en charge et traités • Les troubles moins productifs (dépression, apathie, démotivation) sont moins bien pris en compte

  21. Troubles du comportement (3) • Angoisse et dépression • Anxyolytique à demi-vie courte : EQUANIL • Antidepresseurs « IRSS » tels que : PROZAC DEROXAT • Agressivité – Agitation • Thymorégulateurs : TEGRETOL (carbamazepine) DEPAMIDE (acide valproique) • Neuroleptiques atypiques sédatifs : TIAPRIDE (tiapridal) • Délires – hallucinations • Neuroleptiques « nouveaux » comme ZYPREXA, RISPERDAL

  22. Les médicaments vaso-actifs (1) • Place incertaine….. Efficacité ? • Certains médicaments ont comme indication : • traitement à visée symptomatique du déficit pathologique cognitif et neurosensoriel chronique du sujet âgé (à l’exclusion de la MA et des autres démences) • TANAKAN (Ginko Biloba) - PRAXILENE (Naftidrofuryl) - ISKEDYL (raubasine-dihydroergocristine) • traitement d’appoint à visée symptomatique du déficit pathologique cognitif et neurosensoriel chronique du sujet âgé (à l’exclusion de la MA et des autres démences) • VASOBRAL (dihydroergotamine) - SERMION (nicergoline) - TORENTAL (pentoxyfylline) - NOOTROPYL (piracétam) - TRIVASAL (piribidil)